ZePlug lève 240 millions et rachète Bornes Solutions, Financer la croissance

ZePlug se donne les moyens de ses ambitions. La start-up spécialisée dans la recharge électrique dans les copropriétés a bouclé une levée de fonds de 240 millions d’euros auprès du fonds d’infrastructure ICG. Un bond en avant spectaculaire pour une société qui, jusqu’à présent, n’avait levé « qu’une quinzaine de millions d’euros » en cumulé auprès des investisseurs.

Fondée en 2014, ZePlug est l’une des start-up tricolores pionnières dans la recharge électrique. « Nous nous sommes lancés à un moment où le véhicule électrique était loin d’être l’évidence qu’il est devenu par la suite », rappelle Nicolas Banchet, le PDG de ZePlug. Le contexte a changé et les véhicules à batterie représentent désormais une vente sur cinq en France.

Les investisseurs l’ont compris et ne lésinent pas sur la dépense pour accompagner les sociétés qui veulent créer une infrastructure de recharge efficace. ZePlug a fait le choix, dès le départ, d’installer des bornes dans les copropriétés, où les propriétaires s’écharpent souvent lors des assemblées générales pour réaliser des investissements.

Un modèle qui demande du capital

La start-up résout ce problème en prenant en charge l’installation des bornes. A la manière de la fibre, le système est évolutif. Une fois que les raccordements ont été effectués, le nombre de personnes qui veulent bénéficier d’un point de charge peut augmenter. « La rentabilité de notre modèle dépend de notre capacité à densifier les immeubles dans lesquels nous avons fait un pari en déployant, à nos frais, une infrastructure », commente le patron.

Les personnes qui rechargent leur voiture avec ZePlug paient l’entreprise sous la forme d’un abonnement. Le modèle de la start-up implique d’avancer beaucoup d’argent, ce qui implique de réaliser des montages financiers. « Nous travaillons avec NEOT Capital qui nous accompagne sur le financement de nos actifs », précise Nicolas Banchet.

Positionnement de marché atypique

Zeplug est aujourd’hui leader dans son secteur. « Ils ont un positionnement de marché qui est sous-adressé parmi les acteurs de la recharge », observe Ludovic Laforge, associé chez ICG, en vantant le « potentiel énorme » de la société. Les autres acteurs de la recharge dans la French Tech (Electra, Bump, Stations. e , NWgroup ) s’intéressent surtout aux stations dans le domaine public. « La copropriété, c’est l’endroit qui fait le plus de sens pour recharger sa voiture : on le fait la nuit pendant les heures creuses », estime Ludovic Laforge.

ZePlug assure avoir signé plus 6.000 contrats en France pour installer des bornes. Outre les copropriétés, la société propose sa solution dans les immeubles dans lesquels les entreprises partagent des bureaux. « C’est la transposition de notre modèle initial mais pour le BtoB. Chez les particuliers on déploie les bornes une par une, chez les entreprises on le fait par grappes », détaille Nicolas Banchet.

Accélération aux Etats-Unis

Grâce à son financement, ZePlug a fait l’acquisition de Bornes Solutions, un autre pionnier du marché. Cette entreprise avait ICG parmi ses actionnaires, ce qui a facilité les opérations. « Ce sont des sociétés très complémentaires. Bornes solutions avait le même business model et est intégré dans Ocea Smart Building, qui installe des sous compteurs d’eau et de chaleur dans les copropriétés », commente Ludovic Laforge.

ZePlug bénéficiera également du réseau de 29 agences d’Ocea Smart Building afin de mailler de façon plus intense le territoire français. La start-up compte aussi accélérer aux Etats-Unis, où elle a lancé des projets pilotes, et prévoit de se développer dans plusieurs autres pays européens. Le problème de la recharge en copropriété est universel et ZePlug ne veut pas prendre le risque d’être devancé par des concurrents.

x