VIDEO. L’entreprise de Haute-Vienne 3D CERAM fleuron de l’imprimerie 3D

Implanté depuis peu à Bonnac-la-Côte, 3D CERAM s’impose aujourd’hui comme l’une des références françaises en matière d’imprimerie 3D. Ces petits bijoux de technologies s’exportent aux quatre coins du globe dans des secteurs de pointe comme la médecine ou l’aérospatial.

C’est l’une des entreprises haut-viennoise qui connaît le plus fort taux de croissance. Son nom, 3D CERAM laisse deviner son histoire. Longtemps connu pour ses pièces céramiques, le groupe fabrique désormais des imprimantes 3D haute technologie destinées à des secteurs de pointe comme l’industrie, la médecine ou l’aérospatial.


Une nouvelle ère entamée lors du rachat de l’entreprise par deux amis de l’Ecole Nationale Supérieure de Céramique Industrielle (ENSCI) de Limoges en 2009, Christophe Chaput et Richard Gaignon. Des passionnés qui ont leur jargon : 

On se dit qu’on est des fournisseurs de process. Donc, non seulement on fabrique les équipements mais on fournit aussi la suspension et la formulation qui vont dans les imprimantes ainsi que tous les services périphériques. 

Richard Gaignon, co-dirigeant 3D CERAM

En clair, les deux hommes décident de transformer l’entreprise pour proposer une offre complète en matière d’imprimante 3D, de la conception au service après-vente.

Une main d’oeuvre hautement qualifiée 

L’arrivée au capital du groupe industriel japonais SINTO a permis d’accentuer le développement de l’entreprise. Elle emploie aujourd’hui une trentaine de salariés hautement qualifiés. Parmi eux, Arthur Lepoivre, chef de projet, s’assure du bon calibrage des imprimantes.


À l’autre bout de la chaîne, se trouve Vincent Auclair, ingénieur céramiste de formation, désormais responsable commercial. Un véritable atout pour l’entreprise.

Je peux répondre à des questions un petit peu plus techniques pour lesquelles un commercial va avoir un petit peu plus de mal.

Vincent Auclair, responsable commercial 3D CERAM

Malgré une période difficile lors de la crise covid, l’activité est désormais bien repartie. L’entreprise a d’ailleurs quitté la Zone d’Activité Nord de Limoges en janvier 2021 pour de nouveaux locaux flambants neufs à Bonnac-la-Côte. Elle affiche cette année un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros contre 3,8 M€ en 2019.

Selon les échos entrepreneurs en 2020, l’impression 3D est sortie renforcée de la crise sanitaire. Ainsi le site internet Les Pépites Tech dénombrait, à l’époque, 239 start-up dans l’impression 3D et notamment Bone 3D, Feelobject et Dulse.

x