“Vaincre ou mourir”, le premier film du Puy du Fou, fait polémique

C’est le premier film produit par le parc à thème du Puy du Fou.
Sorti ce mercredi au cinéma, “Vaincre ou Mourir” devait d’abord être un documentaire-fiction pour Canal +, avant de devenir un film à part entière. Réalisé par Vincent Mottez et Paul Mignot, et avec à l’affiche Hugo Becker (Charette), Rod Paradot (Prudent de la Robrie) et Gilles Cohen (Jean-Baptiste Couëtus), il raconte l’histoire des guerres de Vendée
et de François Athanase Charette de La Contrie, dit Charette, général royaliste et chef de la rébellion pendant la Révolution française.

Logo France Bleu

Un film qui divise

Un film épique et spectaculaire qui ne fait cependant pas l’unanimité auprès de celles et ceux qui l’ont vu dès sa sortie ce mercredi 25 janvier 2023 au cinéma Pathé de Saint-Herblain, en Loire-Atlantique. Il a en tous cas fait le bonheur de Christian, 78 ans, originaire de Saint-Jean-de-Monts. Avec sa femme Annie, ils attendaient avec impatience sa sortie sur grand écran. “J’ai vraiment bien aimé, dit-il en sortant de la salle. Le film a relaté l’histoire de France telle qu’elle s’est vraiment passée. Les guerres de Vendée, c’était un génocide qui a fait 200.000 morts.”

Si les historiens semblent s’accorder sur le nombre de morts, le terme de “génocide” n’est pas adopté par l’ensemble des spécialistes des guerres de Vendée, notamment par Guy-Marie Lenne, professeur d’histoire-géographie à la retraite et adepte de cette période de l’histoire. Bien qu’il n’ai pas encore vu le film, il regrette que “le Puy du Fou ait choisit une orientation particulière, qui n’est ni une orientation scientifique ni universitaire.”

Robin, 24 ans, a lui aussi trouvé le long-métrage trop orienté. “Le film a un message politique, c’est évident. Il a été réalisé par le Puy du Fou, donc Philippe de Villiers. Or, on sait qu’il a un certain penchant pour l’extrême droite et qu’il est proche d’Eric Zemmour.”

“Avant tout un film d’aventures” Vincent Mottez, réalisateur

Pour le réalisateur, Vincent Mottez, il faut prendre le film tel qu’il est : “C’est avant tout un film d’aventures, résume-t-il, un film d’histoire relativement sérieux, qui n’est pas engagé et qui cherche à raconter l’histoire héroïque de Charette, qui est considéré comme un héros en Vendée mais qui n’est pas exempt de reproches, et qu’il faut traiter dans toutes les nuances.”

Le réalisateur assure qu’au moins cinq historiens ont été sollicités pour ce film, “venant de différents bords politiques” précise-t-il, dont Anne Rolland-Boulestreau de l’Université Catholique d’Angers et Jean-Clément Martin, enseignant à l’Université Paris I, tous deux spécialistes des guerres de Vendée.