une bande-annonce sanglante pour le phénomène gore

Art le clown revient terroriser son monde dans Terrifier 2 de Damien Leone. Après le premier film phénomène, le second se dévoile dans une bande-annonce gore.

Le premier film a été un phénomène sur les sols anglo-saxons après ses passages en festival en 2016 et sa sortie vidéo en 2017. Le public a trouvé dans les 82 petites minutes de Terrifier, un slasher ultra gore avec un clown psychopathe. En revanche, le boogeyman n’a pas eu le même essor chez les Français qui l’ont découvert par des moyens plus confidentiels, faute d’une distribution sur le territoire.

Mais ça n’a pas empêché le monstre de créer l’engouement, si bien que la suite aura droit cette fois-ci à une exploitation en salles, permise par ESC et Shadowz. Le spectacle s’annonce généreux avec sa durée impressionnante de 2h20 (soit une heure de plus que le précédent), de quoi apaiser l’appétit du public adepte de tripailles ou au contraire, de lui faire régurgiter son goûter dans les sacs à vomi distribués pour faire la promotion du film. Toujours est-il qu’une bande-annonce pour Terrifier 2 en dit plus sur le sujet.

 

 

Cette fois-ci, Art est ressuscité par une entité sinistre et retourne à Miles County pour semer le chaos. Mais au cours de sa routine meurtrière, il croise une adolescente et son jeune frère le soir d’Halloween et les prend pour cible. Simple mais efficace, on ne lui en demande pas plus avec ses modestes moyens (250 000 dollars).

Mais le récit ne s’arrête pas là. Dans l’aperçu, on sent que le réalisateur a envie de mettre en lumière certaines tendances. Leone entend bien parler de l’étrange propension des gens à être attiré par les histoires de serial killer (répandues sur les plateformes), ou de ceux qui à Halloween se sont déguisés en dangereux psychopathes après la série événement Dahmer : Monstre sur Netflix.

 

Terrifier 2 : photo, David Howard ThorntonUne autre définition de “farce et attrape”

 

Si un côté cheap s’émane quelque peu de certains effets pratiques et de la tenue esthétique de l’ensemble, la production se rachète avec le puissant malaise qu’induit son antagoniste mutique au visage crispé. Et si la bande-annonce se montre plutôt timide en matière de violence (hormis quelques effusions d’hémoglobine, décors et personnages maculés), c’est pour mieux surprendre l’aficionado de gore sur grand-écran. Mais pour s’en rendre compte, le rendez-vous est fixé dans les salles obscures de France à partir du 11 janvier 2023.

x