“Un gouvernement injuste et fort avec les faibles” – Nouvelles

dans le manœuvre économique De 35 milliards (dont 21 pour l’énergie chère), le Conseil des ministres a approuvé l’impôt spécial sur les bénéfices Il en va de même pour toutes les entreprises énergétiques (sans distinguer les sources plus ou moins polluantes), de 25 à 35 %, le plus longtemps possible uniquement des sources renouvelables une autre mesure proposée par le ministre de l’environnement et de la sécurité énergétique Gilberto Pichetto Fratinc’est-à-dire le toit national au prix de l’électricité. Cela fonctionne comme ceci : si le prix dépasse le plafond national, qui est désormais de 180 euros par mégawattheure, il est l’état un récupérer la différenceau moins jusqu’en juin 2023. Les prix oscillent actuellement entre 120 et 300 euros avec une certaine volatilité et – bien qu’avec un mécanisme différent – il existe déjà une autre limite fortement critiquée par les opérateurs du secteur : une battre en retraite à des bénéfices supplémentaires si l’énergie produite à partir d’énergies renouvelables est vendue à un prix supérieur à environ 60/70 euros un mégawatt.

“Manœuvrer fort avec le faible” – Le ministre a souligné que les sources renouvelables “n’ont bien sûr pas un coût excessif pour la production” et que “dans ce cas, il s’agit d’un plafond très haut“. En revanche, a-t-il réitéré, le secteur “ne doit pas être pénalisé, mais il faut l’éviter”. spéculation ce qui accablerait les familles ». Le plafonnement des prix des énergies renouvelables est la version italienne de la mesure incluse dans un règlement récemment adopté par le Conseil de l’Union européenne. Cependant, il y a beaucoup de doutes. « La manœuvre (qui ordonne aussi le report de la taxe plastique et le doublement des effectifs de la Commission Pnrr-Pniec, ndr), dont la majorité est si fière, perpétue le principe de gouvernement Faible avec le fort e Fort avec le faible», a commenté le co-président national de Green Europe et représentant d’Alleanza Verdi e Sinistra, Angelo Bonelli.

Deux poids et deux mesurese – Pour Bonelli c’est une société financière”socialement injuste parce qu’il plafonne le prix de l’énergie renouvelable et l’économise à la place sources fossiles, qui sont responsables à la fois de la hausse des prix de l’énergie et des catastrophes environnementales auxquelles nous assistons ». Correspondant Michael gouverneurs, responsable de l’électricité et du gaz au think tank Ecco, “une limitation de la marge de production avec un plafond de paiement de 180 euros par mégawattheure selon les spécifications de l’UE a du sens, à condition qu’elle s’applique également aux énergies fossiles lorsque le coût du charbon augmente et le gaz est en dessous de la limite, comme en ce moment”. Au Héros de Katiusciachef de l’énergie ambiance de jambe, “bien que le plafond soit temporaire et effectivement élevé, donc pas un nombre frivole d’un point de vue technique, il convient de noter que ce plafond ne s’applique qu’aux énergies renouvelables et non aux sources fossiles telles que le gaz et le charbon. C’est une première injustice.” L’un des objectifs est d’arrêter la spéculation sur le marché, “qui a lieu notoirement dans le secteur des énergies fossiles, actuellement principalement au gaz”. Donc deux poids et deux mesures.

précédent – Et ce n’est pas la première fois : c’est aussi arrivé au mécanisme compensation bilatérale et l’obligation de payer la différence entre les prix en 2022 et les prix moyens de l’énergie produite en 2020, ce qui a déjà pénalisé les énergies renouvelables. En fait, l’article 15-bis du décret législatif 4/2022 prévoit un plafond de revenus d’environ 60 à 70 euros par mégawattheure. Ainsi, la même taxe sur les bénéfices supplémentaires a créé plusieurs humeur maussade, pas seulement parmi les opérateurs de la branche. La taxe a augmenté aujourd’hui et est la même pour tous, quel que soit le type de source. “Sur ce front, pas la moindre distinction n’est faite entre les sources renouvelables et fossiles, même si, à notre avis, elles devraient être fiscalité différentesi le gouvernement le veut vraiment privilégier les sources renouvelables pour atteindre des objectifs climatiques précis. Et c’est une deuxième distorsion », ajoute Katiuscia Hero.

Le contexte européen – Le règlement 2022/1854 sur les prix de l’énergie, a en effet établi à partir du 1er décembre une limite supérieure des revenus du marché de 180 euros par mégawattheure dans les 27 États de l’UE pour les producteurs d’électricité, y compris les intermédiaires qui utilisent le soi-disant Technologies infra-marginales pour la production d’électricité, comme les énergies renouvelables, l’énergie nucléaire et le lignite. Sont exclus les centrales électriques au biométhane et les projets de démonstration, les pays individuels peuvent opter pour cela ne pas appliquer le toit pour alimenter des générateurs avec des plantes 1 mégawatt c’est bien la capacité. Mais, pour rester dans le contexte européen, certains pensent que plafonner temporairement les revenus des producteurs d’électricité infra-marginaux en captant le poids mort des producteurs d’énergies renouvelables qui bénéficient de faibles coûts de production “pourrait être fini”. limiter les ambitions des énergies renouvelables de l’Europe ». Il explique Énergie Rystadune société norvégienne indépendante, qui dans une étude montre qu’environ 60% de la capacité totale d’énergie renouvelable installée dans l’UE “provient de Contrats à prix fixe bien établi avant la crise énergétique, avec des prix généralement inférieurs aux prix au comptant actuels. Et si la Commission européenne estime que la mise en place d’un plafond de revenus pour la production d’énergie à faible émission de carbone générerait probablement environ 117 milliards d’euros, “les gains extraordinaires décrits par l’UE ne représentent que cela”. 40% des producteurs énergie renouvelable », écrit Rystad. Des politiques adaptées à chaque pays et à chaque type d’actif sont donc nécessaires pour ne pas risquer d’envoyer un signal négatif aux investisseurs.