Un film féministe vient d’être sacré « meilleur film de tous les temps »

Un vent féministe et progressiste souffle sur l’influent top 100 des meilleurs films de tous les temps de Sight and Sound, qui a sacré cette année « Jeanne Dielman » de Chantal Akerman en première place.

Les lignes seraient-elles en train de bouger dans le monde du cinéma et des représentations cinéphiles ? Pour la première fois, une réalisatrice a été élue à la première place de l’influent classement de Sight and Sound. Il s’agit de Chantal Akerman, pour son film Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce, 1080 Bruxelles, sorti en 1975.

Un film féministe avec Delphine Seyrig

La revue de cinéma britannique livre son top 100 des meilleurs films de tous les temps chaque décennie depuis 1952. Autrement dit, il aura fallu attendre 70 ans (et le passage de #MeToo) pour que le travail des réalisatrices soit enfin considéré et mis en valeur comme il le mérite.

Si ce palmarès est aussi marquant, c’est qu’avec Jeanne Dielman, Chantal Akerman a livré un film dans lequel il est particulièrement facile de voir une grande portée féministe. Sur une durée de plus de 3 heures, la réalisatrice filme Delphine Seyrig dans son quotidien de mère célibataire et travailleuse du sexe, alors qu’elle effectue ses tâches ménagères, jour après jour. Le film détonne par le fait de filmer une réalité qui n’est alors pas considérée comme digne d’intérêt au cinéma et dans la société.

Des réalisatrices, des cinéastes racisés et Polanski qui sort

Le fait que ce film ait été sacré meilleur film de tous les temps n’est pas un hasard. Le sondage de 2022 était le plus important depuis 1952 : pour le constituer, ce ne sont pas moins de 1639 critiques, conservateurs, programmeurs, écrivains et universitaires qui ont choisi leurs dix meilleurs films. Pour la première fois, une réalisatrice a détrôné Alfred Hitchcock (Vertigo était premier du classement en 2012), ainsi qu’Orson Welles : Citizen Kane a occupé la première place de 1962 à 2002.

Par ailleurs, ce vent de progressisme ne s’est pas limité à la première place. Alors que le top de 2012 ne comptait que deux réalisatrices (Chantal Akerman et Claire Denis), elles sont désormais onze (et quatre dans le top 20 !), dont Céline Sciamma, Agnès Varda ou encore Jane Campion.

De la même manière, les cinéastes noirs sont dorénavant sept (contre un seul en 2012) dont Jordan Peele ou Barry Jenkins (Moonlight) ou encore Ousmane Sembène, réalisateur sénégalais.

Enfin, Chinatown, seul film de Roman Polanski figurant dans le classement en 2012, n’y est plus !

jeanne dielman
© Olympic


À lire aussi :


Qui est Euzhan Palcy, réalisatrice martiniquaise qui reçoit un Oscar d’honneur pour sa carrière ?

Crédit de l’image à la Une : © Olympic