“Tous nos Ciels”, une création originale du Collectif V.1

Le Théâtre de Nîmes présente les 22 et 23 novembre à l’Odéon une création qui puise sa source dans une histoire réelle, inspirée des milliers d’enfants réunionnais arrachés à leur famille entre 1962 et 1984 pour faire face à une démographie galopante et un état de pauvreté, au bord de l’explosion sociale pour repeupler des régions de France. Un pan de l’histoire de France trop peu connu.

Le BUMIDOM (bureau pour le développement des migrations dans les DOM), renforcé par le député de la Réunion, Michel Debré, qui l’élargit aux enfants mineurs, va permettre le transfert de plus de 2 000 enfants vers la France. C’est la Creuse qui recevra le plus gros contingent de ces enfants déracinés d’où le nom de l’affaire des Enfants dits de la Creuse. Ces enfants de parents, pour la plupart illettrés, qui ont signé un acte d’abandon, ont rarement pu retourner chez eux.

D’une rencontre avec Valérie Andanson, porte-parole de la FEDD, naîtra le sujet de la pièce. Un parcours intime retracé entre fiction et réalité par le Collectif V.1 qui explore une écriture collective au plateau.

Un croisement entre théâtre et faits de société, un questionnement de nos choix individuels, un rapport à la norme, autant de sujets qui trouvent leur réponse.

La création se nourrit de questions, trois comédiennes interrogent la destinée de Valérie Andanson, depuis ses trois ans à nos jours, enfant de la Creuse qui a appris son histoire à 16 ans. Comment s’est-elle construite en oubliant ou reniant ses origines, en recherchant sa famille ? Comment a-t-elle élevé ses enfants, loin de leurs terres ? Colère contre l’Etat, elle se bat pour faire reconnaître cette mémoire.

L’actrice Jessica Ramassamy, elle-même réunionnaise, auteur du texte et comédienne y a mis toute sa sensibilité avec les deux autres actrices Sabine Moulia et Virginie Sibalo, sur une musique originale et une mise en scène signée Elian Planès.

WhatsApp_Image_2022-11-18_at_15.39.22.jpeg

Le Collectif V.1 © Marie-Christine Dejax

Les acteurs ont souhaité prendre de la distance, des libertés pour donner une dimension universelle à la pièce. Quelques années plus tard, une réflexion est menée sur cette histoire et comment la transmettre. Toulouse va les accueillir en janvier et la Réunion en avril 2023.

Proximité avec le public mais différemment de leur première création où ils s’était mêlés au public, un spectacle où le mouvement et les corps comptent beaucoup.