Tournée nationale sur l’Économie sociale et solidaire : Victorine Ndeye promet une assistance financière aux acteurs pour créer de la plus-value dans leurs activités

En marge d’un forum tenu, ce lundi, à Ziguinchor, où il a été ouvert, dans le cadre de la tournée nationale sur l’Économie sociale et solidaire (ESS), Mme Victorine Anquediche Ndeye, Ministre de la Microfinance et de l’Économie sociale et solidaire, a rappelé que l’adoption en juin 2021 de la loi d’orientation pour l’Economie sociale et solidaire par les honorables députés a dessiné le cadre d’inclusion de nos terroirs pour une meilleure dynamique économique et sociale dans le pays.

De cette manière, souligne la Ministre, l’économie dite informelle, nouvellement consacrée sous l’appellation économie populaire, dont des pans entiers ont été jusque-là exclus du circuit légal, sera désormais mieux intégrée dans le dispositif actuel grâce à l’amélioration de la protection sociale et l’accès privilégié aux financements et à des débouchés vers de nouveaux marchés.

En effet, l’Economie sociale et solidaire vise avant tout à renforcer la résilience de l’élan de développement engagé par le Sénégal, en dépit des chocs endogènes, par une meilleure organisation des acteurs qui s’activent dans les différents secteurs pour promouvoir notre souveraineté économique. «Nous avons, l’occasion d’éprouver des modèles novateurs de développement de nos territoires à travers l’Economie sociale et solidaire. Pour cela, il est important de renforcer les capacités des acteurs impliqués, par une approche méthodologique qui prend en compte la structuration des chaines de valeurs», a expliqué Victorine Ndeye devant l’assistance.

Se voulant plus explicite, la ministre de la Microfinance ajoute : «l’Economie sociale et solidaire offre une réponse à la fois sociale, économique, démocratique, citoyenne et écologique. Elle encadre les modes de production que nous impose notre temps». Mme Victorine Ndeye tient à rassurer sur la disponibilité des moyens. «À cet égard, l’intervention de mon département se fera à deux niveaux. Il est tout d’abord prévu une assistance financière qui permettra aux acteurs de créer de la plus-value dans les activités qu’ils vont dérouler. À cela, est assortie une assistance technique visant à leur offrir les capacités nécessaires pour réussir le passage d’une économie informelle vers une inclusion par l’économique en libérant le talent entrepreneurial des jeunes et des femmes», a précisé la ministre de la Microfinance.

Avant d’ajouter : «ces différentes modalités d’interventions sont à votre disposition. Il nous restera à finaliser dans les meilleurs délais la feuille de route pour la mise en place des dispositifs pratiques qui permettront de poser les jalons d’une Economie sociale et solidaire forte, résiliente et efficiente contribuant au développement durable de notre pays».

Néanmoins, elle promet d’engager d’ores et déjà le dialogue avec les acteurs de l’ESS pour tenter d’apporter des réponses concrètes à leurs questionnements. D’ailleurs, c’est tout le sens de la quinzaine de l’ESS, initiée par son département en rapport avec les représentants de l’Etat dans les 14 régions du territoire national. Durant les rencontres, l’opportunité sera saisie l’opportunité de discuter en profondeur, de faire un diagnostic de la situation actuelle et enfin de prendre des résolutions fermes allant dans le sens de la structuration, de la formalisation, du financement et de l’accompagnement des acteurs et parties prenantes de l’ESS.

Actusen.sn