The Wonder sur Netflix : on répond à la question que tout le monde se pose – Actus Ciné

La scène d’ouverture et finale de “The Wonder” sont peu communes et ont suscité de nombreuses interrogations. Explications.

Sur Netflix, certains films d’auteur parviennent à capter l’attention du public, The Wonder en fait partie. Cette œuvre de Sebastián Lelio et portée par Florence Pugh suit la mission d’une infirmière, envoyée dans un village irlandais pour observer une jeune fille de 11 ans. Prénomée Anna, cette dernière affirme survivre sans manger.

Le long métrage oppose la science à la religion et oscille habilement entre le drame et le thriller crépusculaire. Dès ses premières secondes, The Wonder surprend ses spectateurs avec une ouverture originale et assez rare au cinéma.

Si l’intrigue se déroule en 1862, le film s’ouvre de nos jours, en 2022, dans un grand studio de tournage. Une voix-off se fait entendre, celle de l’actrice Niamh Algar. Elle avertit le public sur ce qu’il s’apprête à voir : “Nous ne sommes rien sans histoires. Ainsi, nous vous invitons à croire en celle-ci.”

La caméra filme une fausse maison élevée sur des échafaudages, tandis que Florence Pugh, qui campe l’héroïne, apparaît au beau milieu d’un décor construit de toutes pièces. En un claquement de doigt, le public est transporté dans le passé. La magie du cinéma opère.

Netflix
La scène d’ouverture de “The Wonder”.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs réactions interloquées sont apparues suite à cette séquence – qui revient à la fin du film, cette fois la caméra quitte le décor pour revenir dans le présent. Pour AlloCiné, le réalisateur Sebastián Lelio détaille son idée :

The Wonder parle du pouvoir de la fiction et de la manipulation. Le début du film suit cette idée en déclarant que tout ce que vous voyez est artificiel. Nous disons aux spectateurs : “Attention, vous allez être exposé au pouvoir de la fiction et votre incrédulité va s’envoler dans trois, deux, un et hop, vous y êtes.””

Il poursuit : “Les mécanismes qui permettent au public de croire en un film, donc à une histoire, sont les mêmes que ceux que nous utilisons dans nos vies pour croire à ce qui se passe autour de nous.”

The Wonder s’inspire d’un phénomène qui a réellement existé entre le XIe et le XIXe siècle, les “filles à jeun” – ou les fasting girls en anglais. À cette époque, ces adolescentes prétendaient être élues par Dieu et investies d’une mission divine. Tous les cas se sont avérés faux.

The Wonder est disponible sur Netflix.