Stop au gaspi ! Des acteurs du bâtiment s’engagent dans une démarche d’économie circulaire

À l’heure de la sobriété, le secteur du bâtiment ne fait pas exception ! Dans l’agglomération toulousaine, l’association Synethic planche sur ce projet de charte d’économie circulaire depuis plusieurs mois et chaque point a été discuté et négocié avec tous les maîtres d’ouvrage signataire. Objectif ? Les accompagner jusqu’à la mise en place d’un guichet territorial d’entrée unique. « Il ne s’agit pas d’une charte de résultats, mais plutôt une charte d’engagement des moyens », pose Patrick Bernard, qui porte le projet pour l’association Synethic.

En la signant, les maîtres d’ouvrage [1] s’engagent à expérimenter un certain nombre de règles, dans un premier temps, sur 33 chantiers pilotes exemplaires situés dans le périmètre toulousain et, à terme, sur 58 chantiers de l’ensemble de la région Occitanie. « Pour cela, nous les accompagnons depuis la réflexion de programmation jusqu’au bilan final. Concrètement, nous pouvons intervenir dans la rédaction du marché, le choix du maître d’œuvre et pour le challenger, puis dans la rédaction du marché de travaux… », égrène Patrick Bernard.

Une charte exigeante

Dans le cadre de la réhabilitation d’un équipement existant à partir de 200 m2, la charte implique par exemple, pour les signataires, de répertorier tous les matériaux qui pourraient être réemployés puis de faire du réemploi et du recyclage. « Les objectifs sont fixés à 85 % de valorisation matière et à 5 % de recours à des matériaux de seconde main dans les projets neufs, en valeur financière des fournitures. »

Tout l’écosystème du bâtiment est engagé dans cette mise en œuvre, notamment la Fédération française du bâtiment de Haute-Garonne, l’ordre des architectes, l’association ingénierie d’Occitanie (AIOC), qui fédère les bureaux d’études, le centre scientifique et technique du bâtiment, TBS Education, l’institut national de l’économie circulaire et l’association Envirobat. Cette dernière propose notamment des formations aux architectes et aux bureaux d’études et réalise une cartographie des chantiers. Le budget global de Life Waste2Build atteint 2,7 millions d’euros.

Objectif : systématiser la charte

Grâce à cette démarche vertueuse, Synethic compte réduire de 20 % l’impact du BTP dans la consommation de ressources et la production de déchets, structurer la filière du BTP en Occitanie, favoriser des politiques d’achats plus circulaires et accompagner la montée en compétence de la filière du BTP circulaire. Parmi les chantiers pilotes déjà engagés dans cette démarche, on peut citer, entre autres, le nouveau campus de TBS, la réfection du lycée Bellevue, la déconstruction de la barre de logements Gluck au Mirail ou encore la déconstruction du cœur de ville de Saint-Jory. L’idée, à terme, est que les maîtres d’ouvrages systématisent cette démarche dans tous leurs futurs chantiers.
Béatrice Girard

Sur la photo : le futur Campus de TBS Education fait partie des 33 chantiers pilotes qui respecteront la charte Life Waste2build. Crédit : Francisco Aires Mateus.

Notes

[1Les 24 signataires de Life Waste2Build : Toulouse Métropole, CPAM 31, TBS Education, Les Chalets, Ville de Toulouse, Decoset, Oppidea, Région Occitanie, TMH, Inli Sud Ouest, Europolia, Ville de Blagnac, Isae Supaéro ; Promologis, Patrimoine, Ville de Cornebarrieu, Conseil départemental 31, Vinci Immobilier, Serge Mas Immobilier, Eiffage Immobilier, Groupe Duval, Lhab Réalisations, GA Smart Building, LP Promotion, Kaufman&Broad, Saint-Agne Immobilier.