Sixt commande 100 000 voitures électriques à un constructeur chinois, c’est inquiétant pour les Européens

Le loueur de voitures Sixt a annoncé ce mardi 4 octobre une grosse commande de véhicules électriques. Ce contrat passé avec le constructeur chinois BYD mérite toute notre attention, car il casse les codes.

Sixt fait la courte échelle à un fournisseur chinois, BYD

Sixt est un loueur de voitures allemand connu pour deux choses : il propose davantage de voitures haut de gamme que les autres acteurs, et ses publicités sont assez drôles, jouant la carte de la provocation souvent un peu sexiste ou pas très politiquement correct. Mardi 4 octobre, c’est sur le terrain commercial que le loueur a décidé de se démarquer avec une commande de véhicules doublement étonnante : d’ici 2028, Sixt va acheter 100.000 voitures électriques, et son fournisseur sera BYD, un industriel chinois.

A lire aussi

 

Sur la forme et sur le fond, Sixt casse les codes. La commande de véhicules électrique est massive, car pour vous donner une idée, le loueur possède aujourd’hui moins de 250.000 voitures à essence. Son ambition est d’hybrider ou électrifier 70 à 90% de sa flotte d’ici 2030. En termes d’image, c’est peut-être porteur, mais il faut être sûr qu’il y aura des bornes pour recharger toutes ces voitures dans les années qui viennent, sinon les clients iront louer ailleurs. L’élément le plus remarquable, c’est que Sixt passe une commande massive à un industriel chinois. Certes, ce n’est pas n’importe qui, puisque BYD se développe tellement rapidement dans la voiture électrique qu’il s’en vend désormais plus que Tesla dans le monde, mais un groupe européen qui fait la courte échelle à un chinois, je trouve ça un peu inquiétant.

 

Nokia, Ericsson, Alcatel ou Siemens étaient des acteurs forts mais ils ont été balayés par les Chinois comme Huawei ou ZTE

Cette commande de Sixt fait peur, parce que cela prouve que les Chinois, qui n’existaient pas sur la scène globale du moteur à explosions, sont devenus en un temps record des acteurs crédibles à l’échelle mondiale dans la voiture électrique. Cela fait peur, parce que l’autre géant de l’électrique s’appelle Tesla et est Américain. Où sont les Européens ? Tesla a une usine en Europe, BYD en aura aussi sans doute une. Il y a un risque que de nombreux industriels européens de l’automobile soient balayés à l’occasion de ce virage électrique.

A lire aussi

 

 

On a déjà vécu cette histoire dans les télécoms. Nokia, Ericsson, Alcatel ou Siemens étaient des acteurs forts mais ils ont été balayés par les Chinois comme Huawei ou ZTE. Aujourd’hui les Européens décident d’accélérer dans le virage électrique alors que nos industriels sont pas prêts et que nous ne sommes pas protégés. On a fragilisé nos acteurs sans ralentir leurs concurrents. C’est très naïf… Si Sixt a choisi BYD c’est sans doute parce que leurs voitures sont de qualité et peu chères. On verra peut-être un jour comme dans les panneaux solaires qu’il y a aussi parfois un peu de dumping. Mais il sera sans doute trop tard.

David Barroux

 

Retrouvez toute l’actualité Economie