Saint-Paul organise le premier colloque professionnel sur la lutte contre les violences intrafamiliales

En 2021, à La Réunion, 2 683 femmes ont déposé plainte pour violences conjugales auprès des forces de l’ordre (police et gendarmerie), soit une augmentation de 12,83% par rapport à l’année précédente (2 378 dépôts de plainte enregistrés), révèle une enquête de l’Observatoire Réunionnais des Violences Faites aux Femmes (ORVIFF). La part d’hommes victimes de violences conjugales demeure faible. Sur environ 10 victimes de violences conjugales, 9 d’entre elles sont des femmes (entre 87 et 89%). En 2021, 1 homme dépose plainte chaque jour.

C’est dans ce contexte que la Ville de Saint-Paul, terre solidaire et inclusive, a choisi de fédérer les acteurs qui gravitent autour de cette thématique dans une démarche partenariale.

Baptisé “Quel parcours pour les victimes?”, ce colloque réunissaient de nombreux partenaires ainsi que les élues de la Ville Roxane PAUSÉ-DAMOUR, Suzelle BOUCHER, Hélène ROUGEAU, Evelyne CORBIÈRE, Conseillère Régionale et Karine LEBON, Députée.

L’Agence Régionale de Santé La Réunion, la Gendarmerie nationale, la Police Municipale, le Centre Communal d’Action Sociale, les élu·es du Conseil Municipal et les services municipaux de Saint-Paul, les associations, les avocats du barreau de Saint-Pierre et de Saint-Denis, les acteurs du monde médical, l’Observatoire réunionnais des violences faites aux femmes, l’ARAJUFA et le Conseil Départemental sont venus, sous l’impulsion de la Ville, échanger sur ce sujet de société au cœur des préoccupations de la Commune.

La présentation des missions et des modes d’interventions de chaque partenaire ont donné l’opportunité à chaque organisme d’enrichir la réflexion collective. Les violences intra-familiales demeurent un véritable fléau social. Elles provoquent des séquelles sur tous les membres de la famille, tant pour la victime que pour les proches qui en sont témoins et particulièrement les enfants. L’après-midi étant par ailleurs consacrée à une conférence dédiée à la “Place de l’enfant au sein des VIF”.

Car les violences sont multiples : agressions physiques parfois meurtrières, menaces, intimidations, violences psychologiques, verbales, économiques ou encore sexuelles.  Beaucoup d’acteurs sociaux, institutionnels ou encore associatifs œuvrent dans le domaine de l’accompagnement des victimes de violences intrafamiliales à Saint-Paul. L’enjeu de ce premier colloque visait donc, dans un premier temps, à améliorer la prise en charge des victimes pour plus de sérénité en créant un réseau multi partenarial sur le secteur de Saint-Paul.

x