Saint-Dizier. La médiathèque, ce n’est pas qu’un lieu de littérature

CULTURE. Pour cette année 2022-2023, la médiathèque de Saint-Dizier renforce ses partenariats avec les acteurs culturels du territoire. De quoi proposer davantage d’animations, et de rappeler que le lieu n’est pas voué qu’à la littérature, mais à toutes les formes de culture.

« La médiathèque n’est pas un lieu qui n’est réservé qu’aux élites. » Cette phrase d’Amélie Thomassin, responsable de la médiathèque de Saint-Dizier et du réseau La Constellation (qui regroupe également les sites de Wassy, Montier-en-Der, Chevillon et Sommevoire), illustre le leitmotiv des agents au quotidien.

Pour ce faire, des animations en tout genre sont proposés : « On tourne autour de la littérature, mais pas que. Il y a de la place pour toutes les formes d’arts à la médiathèque », ajoute la responsable.

Partenariats multiples

Pour « démocratiser la culture au plus grand nombre », de nombreux partenariats sont noués avec des acteurs culturels du territoire. Et au fil des années, ils s’accentuent. Comme avec le Petit Paris. Les apéros culture, proposés l’année dernière, sont renouvelés une fois par mois : « Chacun vient avec ses coups de cœur, que ce soit un livre, un film, et on en discute », détaille Amélie Thomassin.

Cette année, le Conservatoire intercommunal est entré dans la boucle. Une volonté commune des deux partis, qui a conduit à la création de séances d’éveil musical. La directrice de ce dernier, Céline Deladœuille, anime l’atelier chaque mercredi matin. « Les tous petits, de 3 à 6 ans, peuvent développer leurs capacités auditives et sensorielles », détaille la responsable de la médiathèque.

Vous pourriez être intéressé par cet article :

Autre innovation, cette fois-ci avec le Ciné-Quai. Le but est de proposer un film pour les très jeunes enfants, et d’embrayer ensuite sur de la lecture. « Il y a un lien entre la littérature et le cinéma. De nombreux films sont adaptés de livres. Après le film, les familles peuvent prolonger cet univers à la maison. » Première séance le 8 octobre.

La médiathèque continue d’ouvrir ses portes à l’association Bragard-Rôliste pour des soirées jeux de rôles. Après une mise en sommeil, le club Chibi Akuma va reprendre le 22 octobre, pour échanger sur les mangas et la culture qui les entoure. Spectacle, atelier et horreur sont au programme d’Halloween. Une conférence riche en anecdotes autour du rock aura lieu en lien avec Eclectik Rock. Sans oublier les ateliers renforcés autour du numérique, en témoigne le recrutement d’un animateur. Ou encore de futurs ateliers avec le Musée pour essayer de décrypter des œuvres… Bref, on ne fait pas que lire à la médiathèque.

Louis Vanthournout

[email protected]

Une médiathèque en réseau

Outre Saint-Dizier, quatre autres médiathèques du territoire font partie du réseau La Constellation. Chacune avec ses spécificité et son lot de nouveautés.

Depuis cet été à Wassy, on expérimente le prêt de jeux de société. Contrairement aux documents qui peuvent transiter d’une médiathèque à une autre, il faut se rendre sur place uniquement. Wassy qui accentue l’organisation d’un concert chaque mois, le prochain le 30 septembre, avec Dusk Whistler, dans un registre de blues.

Grâce à son espace, Chevillon continue de proposer des expositions, comme prochainement avec “La cour des contes”, du 3 au 15 octobre.

Montier-en-Der poursuit le portage de documents à domicile et programme de plus en plus de spectacles.

Enfin, Sommevoire se distingue avec de la lecture bilingue de contes, en français et anglais, le 19 octobre.

L’avenir

D’ici 2026, des travaux d’agrandissement seront menés à la médiathèque de Saint-Dizier qui disposera de davantage d’espace. Le calendrier demeure incertain. Toutefois, les agents anticipent déjà l’avenir.

Comme l’explique Amélie Thomassin, « un diagnostic de territoire et de lecture publique va être mené par un cabinet d’études ». En allant au devant des établissements et des gens, une cartographie de la proposition faite sur le territoire, sera dressée. « C’est important de prendre en compte les besoins des gens et du territoire pour mieux connaître leurs attentes. »

Utile pour commencer à imaginer la disposition future des lieux, les services proposés et les types d’activités à intégrer. Idem à l’échelle de la Constellation, pour continuer de s’améliorer et d’adapter la programmation aux besoins de chacun.

x