Renault Group Maroc affiche un bilan positif pour 2022 – Médias24

Après un exercice 2021 mitigé, Renault Group est parvenu à redresser la barre en 2022. Autant sur le plan industriel que commercial, la filiale marocaine du constructeur français a affiché un bilan positif, malgré une conjoncture nationale et internationale peu favorable.

Sur le volet industriel, la pénurie persistante des composants électroniques, la guerre en Ukraine, la perturbation des circuits logistiques et la contraction du marché européen représentaient autant de vents contraires, laissant craindre une baisse de régime pour les usines marocaines de Renault Group.

Une production en hausse de 15,3%

Il n’en fut finalement rien. Au terme de l’année 2022, ce sont 350.018 véhicules qui ont quitté les chaînes de deux sites, en hausse de 15,3% par rapport à l’exercice 2021. À ce rythme, le chiffre record de 394.902 véhicules produits en 2019 ne semble plus si éloigné. Surtout, avec un tel volume, le pôle marocain consolide sa place dans le dispositif industriel de Renault Group, dont il a représenté en 2022 près de 17% de la production mondiale.

La majeure partie de cette production (86%) a pris le chemin de l’export : 301 398 véhicules estampillés Dacia ou Renault ont ainsi rejoint 71 marchés dans le monde (en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique), pesant près de 70% des exportations de véhicules du Royaume.

Locomotive industrielle du groupe, l’usine de Tanger a assuré la production de 255.494 véhicules, soit une progression de 11% par rapport aux chiffres de 2021. Cette performance doit beaucoup au succès du Renault Express, et surtout à celui de la Dacia Sandero en Europe, principal débouché du site tangérois. Malgré l’atonie de ce marché, la citadine “made in Morocco” a réussi à augmenter ses ventes d’un petit 1,3%, bien suffisant pour décrocher la seconde place au classement européen avec près de 192.000 exemplaires.

Un nouveau record pour Somaca

Quant à la Somaca, elle a littéralement explosé les compteurs. L’usine casablancaise, qui a récemment sorti son millionième véhicule dans le giron de Renault Group, a vu sa production augmenter de 20% par rapport à celle de 2021, pour atteindre un volume de 94 524 unités assemblées… effaçant des tablettes le record de 2019 (91.344 unités). La réussite commerciale de la troisième génération des Dacia Logan et Sandero, au Maroc comme à l’export, est le principal facteur de cette progression. Dans une moindre mesure, l’introduction sur ses chaînes de la Renault Taliant – un modèle inédit partageant sa plateforme avec la Dacia Logan et destiné au marché turc – a également participé à doper les chiffres de production de l’usine.

Prochain grand rendez-vous industriel pour Renault Group Maroc : l’entrée en production du quadricycle électrique Mobilize Duo dans l’usine de Tanger, programmée pour le dernier trimestre de 2023. “Le processus industriel est verrouillé et les contacts sont déjà établis avec les équipementiers, dans l’objectif de démarrer l’industrialisation avant la fin de l’année avec une capacité maximale de 17.000 exemplaires par an”, a déclaré Mohamed Bachiri, Directeur général de Renault Group Maroc et coordinateur du pôle industriel Maroc, qui est toutefois resté laconique sur le taux d’intégration local prévisionnel.

Une part de marché dépassant les 40%

Sur le plan commercial, la satisfaction est également de mise pour Renault Group Maroc. Dans un marché en baisse de 8%, les deux marques du groupe ont légèrement augmenté leurs parts de marché cumulées au-delà des 40%, et placé trois de leurs modèles sur le podium des ventes (Dacia Logan, Dacia Sandero et Renault Express).

Malgré des ventes en recul de 12% par rapport à 2021 (à 38.885 unités), Dacia a conservé son statut de leader, s’adjugeant une part de marché de 24% et faisant du Maroc son 5e marché mondial. Avec 21.545 unités écoulées, la marque Renault a en revanche progressé de 6%, pour accrocher une part de marché de 16%.

On s’en doute, Renault Group Maroc ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et ambitionne de consolider ses positions à coups de nouveaux produits tout au long de l’année en cours.

Le virage de l’électrification

Chez Dacia, le lancement dans quelques semaines de la tant attendue Spring, petite citadine 100% électrique, n’aura probablement qu’un effet marginal sur les volumes de vente. En revanche, la commercialisation dès le second semestre du Jogger, crossover compact à 7-places (qui poussera le Lodgy vers la retraite), devrait contribuer davantage à noircir les carnets de commande.

Le programme est encore plus chargé pour la marque Renault, puisque sa gamme marocaine accueillera dans les prochains mois quatre modèles inédits. Il s’agira d’abord du SUV-coupé compact Arkana et du SUV compact Austral, tous deux dotés d’une motorisation hybride (non-rechargeable), ouvrant ainsi le chapitre de l’électrification chez la marque au Losange.

La suite ? Deux modèles 100% électriques, en l’occurrence la nouvelle Mégane E-Tech Electric et le Kangoo E-Tech Electric.

Cerise sur le gâteau : au printemps, le portefeuille de Renault Group Maroc sera enfin au grand complet avec l’arrivée de la marque Alpine, et la mise sur le marché de son unique modèle, le coupé sportif A110.