qui va adhérer à l’affligeante série dérivée des films «music & girls»?


Nous avons été des millions à aimer les trois « Pitch Perfect » (dont le titre français du premier était « The Hit Girls »), mais la série dérivée de ces films drôles et musicaux, qui a été lancée sur le service de streaming américain Peacock, c’est une toute autre affaire. Souvenez-vous : l’un des principaux personnages masculins des deux premiers films était Bumper Allen, le leader super narcissique du groupe « The Treblemakers », qui était ensuite passé chez les « Tone Hangers », avait collaboré avec John Mayer et sortait avec Amy, jouée par Rebel Wilson.

Eh bien, figurez-vous que le gaillard est au centre de ce spin off pour petit écran ! Il est toujours incarné par Adam DeVine (qui a aussi eu un rôle récurrent, Andy, dans « Modern Family ») et c’est désormais en Allemagne qu’il sévit ! Vous avez bien lu… Les Américains trouvent-ils ce pays particulièrement « branché » niveau arts ? Après avoir visionné – dans la douleur, on va y revenir – les six épisodes de la première saison de ce « machin », on répond par l’affirmative. Il se fait que, quelques années après l’action des films, Bumper, qui a connu son heure de gloire, mais rame ferme et est redevenu un agent de sécurité, append une nouvelle surprenante. Son vieux remix de « 99 Luftballons » et « Take On Me » a non seulement refait surface en Allemane, mais car-ton-ne ! Et celui qui l’en informe n’est autre que Pieter Krämer, ex-leader de Das Sound Machine, qui avait donné du fil à retordre aux Bellas dans les deuxième et troisième films de « Pitch Perfect ». Les fans savent… Il est toujours incarné par l’extravagant Flula Borg, comédien, muscien et DJ allemand, star des réseaux sociaux, qui vit à Los Angeles.

Surexcité, ce type qui se prend pour le nombril du monde demande à Bumper de le rejoindre à Berlin, où il lui promet qu’il va en faire une légende de la dance musique. L’intéressé s’exécute et le revoici sur les starting blocks, germaniques cette fois. Pour l’aider dans ce nouveau défi, il peut compter sur la toute mignonne Heidi, son assistante, qui est campée par Sarah Highland, qui a été révélée en 2009 par le rôle de la « petite » Haley dans « Modern Family ». Donc elle connaissait Adam DeVine avant cette « aventure ». Beaucoup de gens ignorent encore que l’actrice est aussi une voix qui chante magiquement, comme elle en fait souvent la démonstration dans la série. Des respirations salvatrices… En plus, c’est son personnage qui compose « They Don’t Know My Name », la chanson originale dont Bumper a besoin pour revenir vraiment dans le coup. Il n’en fallait pas plus pour que ce dernier tombe éperdument amoureux d’elle, sans le lui dire d’abord.

Nous n’irons pas plus loin dans l’histoire, d’abord parce qu’il n’y en a pas vraiment une… Dès l’ouverture, nous nous sommes demandé ce à quoi on avait affaire, tant cette chose ne ressemble à rien… contrairement aux films… Soutenue par Elizabeth Banks, créatrice des films, qui est ici productrice executive, a showrunneuse Megan Amram a eu une fausse bonne idée pour ce spin off, qui se veut délirant et surréaliste – on a compris – mais est surtout creux et débile… Las ! Ici, ce ne sont pas les détails qui nous dérangent, comme cette artiste punk et bisexuelle interprétée par Lera Abova, ou Bumper qui aime chanter dans un container, c’est le produit dans son ensemble. On l’a trouvé sans intérêt, crétin et drôle une fois toutes les lunes. Une ineptie dans le meilleur des cas, et un supplice dans le pire… Ca amusera peut-être les fans des films, mais honnêtement, on ne voit pas comment…