pourquoi on préfère le film original à ce polar de Martin Scorsese (par ailleurs très bon) ?

Leonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson devant la caméra, Martin Scorsese devant : Les Infiltrés est un polar évènement, et très réussi. Pourtant, certains fans préfèrent la production de Hong-Kong dont le film est un remake : le virtuose Infernal Affairs. Voilà pourquoi.

La suite sous cette publicité

Tension maximale. Si vous aimez le stress et le suspense, les polars sont faits pour vous. Certains sont des spécialistes, comme le français Olivier Marchal qui nous a livré la recette du bon “policier”. Certaines productions se font une joie de surprendre le spectateurs, avec des retournements de situations devenus légendaires. Parfois, la mayonnaise a du mal à prendre, et certains films deviennent la risée des réseaux sociaux. Rien de tout cela pour Les Infiltrés, bien au contraire.

Les infiltrés, un polar brillant au casting quatre étoiles

Sorti en salles en novembre 2006, le film de Martin Scorsese se situe à Boston. Billy Costigan, jeune flic, est infiltré depuis des années dans le milieu de la pègre irlandaise. Parallèlement, Colin Sullivan, brillante recrue de la police, est en fait une taupe de cette même mafia au sein des forces de l’ordre. Porté par un casting éblouissant (Leonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson, Mark Wahlberg), ce grand cru du réalisateur américain est devenu un classique du polar. Tout est solide, carré, superbement ficelé, et validé par un ex-agent de la lutte contre le crime organisé, engagé comme expert sur le plateau. Mais… un remake reste un remake !

Infernal affairs, (chef d’)oeuvre virtuose et matriciel

Car oui, Les Infiltrés n’est autre que le remake d’une production hong-kongaise très remarquée. Sorti en salles (en France) deux ans avant le film de Scorsese, Infernal affairs s’est taillé une sacrée réputation auprès des cinéphiles. L’intrigue ressemble forcément à celle de son cousin américain, avec cette radicalité impressionnante de nombreux films asiatiques, dont plusieurs ont connu des remakes plus ou moins réussis. La virtuosité de la caméra d’Andy Lau et Alan Mak, les deux réalisateurs, fait penser aux grandes heures des glorieux aînés John Woo ou Tsui Hark. Et le magnétisme des deux acteurs principaux, Tony Leung Chiu-Wai et Andy Lau, n’a rien à envier à celui des stars américaines qui leur succéderont. Une oeuvre marquante et matricielle, qui a donné lieu à une trilogie, et, donc, à un remake.

Related Article:  Qui est Nick Harp dans le Netflix Show ?

x