Pêche : une nouvelle technologie permet de protéger les requins

“SharkGuard” est une technologie créée par des chercheurs pour éviter aux pêcheurs d’attraper des requins et des raies dans les palangres.

La palangre est un dispositif de pêche composé d’une ligne sur laquelle sont fixés des avançons et des hameçons. Problème : tous les animaux marins peuvent se retrouver prisonniers dans ce système, y compris les requins et les raies. Comme l’explique Robert Enever, consultant en environnement pour Fishtek Marine, “Ia principale implication est que la pêche commerciale à la palangre peut continuer, mais elle n’entraînera pas toujours nécessairement des prises accessoires massives de requins et de raies. Il est important pour équilibrer les besoins des pêcheurs avec les besoins de l’environnement de contribuer aux engagements nationaux et internationaux en matière de biodiversité pour la durabilité à long terme”.

Son équipe et lui ont peut-être trouvé la solution à ce problème. Leur étude publiée dans la revue Current Biology et relayée par Geo, a permis de mettre au point une technologie intelligente : “SharkGuard”.

91% de requins bleus pêchés en moins

Les auteurs ont créé un dispositif pour éloigner ces animaux des zones de pêche à palangre. Inspiré des répulsifs anti-requins, “SharkGuard” est placé sur la ligne de pêche et crée un champ électrique autour de l’hameçon. Les requins et les raies détectent les ondes grâce à leurs électrorécepteurs et s’écartent de la zone.

Un prototype a été testé en France en juillet et août 2021 sur plus de 18 000 hameçons et sur 11 territoires différents. Selon l’équipe, il a permis une baisse de 91% des prises de requins bleus et 71% des raies pastenagues. Cela a permis également de voir qu’il présentait un défaut : la batterie doit être changée régulièrement pour fonctionner correctement.

“Dans le contexte incessant d’histoires de déclins dramatiques survenant dans toutes les espèces, il est important de se rappeler qu’il y a des gens qui travaillent dur pour trouver des solutions. “SharkGuard” est un exemple de cas où, avec le soutien approprié, il serait possible de lancer la solution à une échelle suffisante pour inverser le déclin actuel des populations mondiales de requins”, encourage Robert Enever. Pour lui, “il y a de l’espoir !”.

Ça peut aussi vous intéresser :

On sait enfin pourquoi les requins attaquent les surfeurs

Requin vs Homme : qui est le plus dangereux ?

Les dauphins victimes collatérales de la pêche

Huit méthodes de pêche au banc d’essai