Moonage Daydream | Bowie en immersion (8/10)

En 2017, Brett Morgen a eu accès à des milliers d’heures d’archives inédites et personnelles de David Bowie, rendues disponibles par sa succession. Morgen, qui avait réalisé le documentaire Montage of Heck sur Kurt Cobain en 2015, rend hommage au Thin White Duke, six ans après sa mort.

Publié à 7h30

Marc Cassivi

Marc Cassivi
La Presse

Moonage Daydream, présenté en primeur en mai dernier au Festival de Cannes, est tout sauf un documentaire classique ou un film biographique traditionnel. C’est une immersion dans l’œuvre musicale et picturale de David Bowie, à travers son parcours artistique, philosophique et spirituel.

Brett Morgen a créé une œuvre éclatée, décalée, colorée, psychédélique, pas tout à fait chronologique, en phase avec l’artiste avant-gardiste et prolifique qu’était Bowie. À 33 ans, Bowie avait déjà enregistré 17 albums, exposé de nombreuses toiles et sculptures, joué dans deux films et une pièce de théâtre sur Broadway. « Je suis un généraliste », aimait-il dire.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

David Bowie dans une scène de Moonage Daydream

Moonage Daydream, c’est « Bowie par Bowie » ou encore « La vie selon Bowie ». On entend sa voix du début à la fin, hors champ ou à l’écran. Il n’y a aucun autre intervenant. Que Bowie, ses dessins, ses sculptures, des séquences de ses entrevues, de ses vidéoclips, de ses films et de 48 de ses chansons remastérisées, en versions studio et en spectacle.

Morgen a eu accès à plus de cinq millions d’éléments d’archives, dont des carnets, des dessins et de rares enregistrements. Il a travaillé pendant quatre ans à ce projet, dont deux ans à passer les archives au peigne fin, puis dix-huit mois seulement sur le son et les images d’animation et de synthèse qui illustrent les propos de Bowie.

Le montage de Moonage Daydream, fruit d’un travail colossal, est un tour de force. Morgen y a intégré des extraits de films qui ont inspiré Bowie (Le voyage dans la Lune, Metropolis, Nosferatu le vampire, A Clockwork Orange, etc.) et ceux dans lesquels il a joué (The Man Who Fell to Earth, Labyrinth, Merry Christmas, Mr. Lawrence). Il a aussi puisé dans ses vidéoclips, dont il a notamment extrait ses célèbres pas de danse avec la Québécoise Louise Lecavalier pour la chanson Fame.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

David Bowie dans une scène de Moonage Daydream

En résulte un film impressionniste sur la vie et l’œuvre de l’un des artistes les plus influents des 50 dernières années. En 2 h 15 min, Morgen ne couvre pas tout et en saute des bouts. Des pans de la carrière de Bowie ont été mis de côté, en particulier à partir des années 1990 (toute l’aventure Tin Machine, notamment).

Brett Morgen propose un portrait forcément flatteur, qui évite généralement le piège de l’hagiographie. Il montre le Bowie au visage émacié dépendant à la drogue, au milieu des années 1970. Et dans les mots de Bowie toujours, on revient sur son virage commercial du milieu des années 1980, alors que l’argent semblait avoir pris le dessus sur la pertinence artistique. On le rappelle avec les images d’une pub de Pepsi avec Tina Turner, sur la chanson Modern Love.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

David Bowie dans une scène de Moonage Daydream

Bowie se révèle énormément dans ce film où il est beaucoup question de sa philosophie de vie. « Je déteste gaspiller une journée », dit-il en entrevue. On sourit en pensant que des artistes comme Harry Styles ou Timothée Chalamet font réagir aujourd’hui parce qu’ils s’amusent avec les codes androgynes de la mode. Quand on voit Bowie en attirail de Ziggy Stardust, en entrevue à la télé britannique il y a 50 ans, on se dit qu’on a la mémoire courte.

Moonage Daydream, dont le titre est tiré d’une chanson célèbre de The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars, s’adresse autant aux irréductibles de Bowie qu’à ceux qui ne le connaissent que par ses chansons les plus connues. C’est une formidable tornade d’images, d’idées et d’inoubliables chansons, d’un artiste immense et immortel. Le plus cool à avoir jamais mis les pieds sur Terre ou sur Mars.

Moonage Daydream

Documentaire

Moonage Daydream

Brett Morgen

8/10

x