Mobiltié : des espaces pour bien travailler – Equipement

Flexibles, suréquipés, enrichis de services, les bureaux partagés séduisent les entreprises qui choisissent cette solution pour compléter ou remplacer les baux immobiliers. La formule permet aux collaborateurs itinérants de bénéficier d’un bureau en proximité.

Le marché du coworking est en ébullition. Son chiffre d’affaires devrait bondir de 25 % en 2022, puis de 10 % par an d’ici 2024, selon les prévisions de Xerfi Precepta (1). Les grandes enseignes auront doubler leurs surfaces exploitées entre 2019 et 2024 à plus de 700 000 m2. Wework, le leader européen, a disrupté le marché immobilier du bureau locatif en lui apportant une touche servicielle.

Depuis, la croissance semble exponentielle. “Le bureau flexible ne pèse que 1,5 % du marché du bureau locatif et devrait être multiplié par 20 en dix ans, car en raison des stratégies RSE des entreprises et de la maîtrise de l’empreinte carbone, l’hybridation du travail et le télétravail s’installent durablement”, observe Farid Elomri, directeur commercial de Wojo, filiale du groupe Accor.

Les entreprises s’orientent vers des solutions flexibles à Paris, mais pas seulement. Les nouveaux projets délaissent la capitale et l’Île-de-France – en passe d’être saturée – au profit des grandes métropoles régionales. Parmi elles, Lyon, Aix Marseille, Lille et Bordeaux bénéficient de la meilleure couverture aussi bien de la part d’enseignes nationales que d’acteurs locaux notent les experts de Xerfi. Nice, Nantes et Montpellier seraient en phase de rattrapage.

Davantage en retrait faute de locomotive locale, Strasbourg, Toulouse et Rennes seront sans doute les prochaines cibles des opérateurs du coworking”, prévoient-ils. Enfin, les villes moyennes seraient l’apanage d’acteurs locaux et de Régus (groupe IWG), l’opérateur bénéficiant, estime Xerfi, de la meilleure couverture territoriale. “Le maillage du territoire est en cours, le marché se structure et l’heure est à sa consolidation“, affirme Farid Elomri. Les acteurs développent désormais leur business par deux biais : l’ouverture de nouveaux sites et les rachats.

Pourquoi les entreprises choisissent le bureau clé-en-main ?

– Flexibiliser l’immobilier pour répondre aux enjeux de croissance : 60% des chefs d’entreprises envisagent de réduire la quote-part de leur budget “bureau” dans un futur proche et 36 % vont réduire leur surface dans les 3 prochaines années.

– Accompagner la nouvelle répartition géographique des activités tertiaires.

– Réduire l’impact environnemental de leurs bureaux : 36% des dirigeants jugent les critères environnementaux prioritaires dans le cadre d’un choix de localisation d’activités tertiaires.

– Avoir une marque employeur forte et attractive : 93% des candidats consultent les photos de l’entreprise quand elles sont présentes sur l’offre d’emploi et pour 55%, elles ont une influence sur le fait qu’ils postulent.

(Source : Boom du bureau opéré en France, aout 2022, Hiptown et Bureau-Opéré.com)

Soigner son image de marque

Les entreprises optent pour les espaces partagés de manière permanente ou ponctuelle. Ainsi, à la rentrée 2022, Qonto a installé son siège parisien de plus de 600 postes au WeWork, 18 rue de Navarin au coeur du IXe arrondissement, à quelques pas de la rue des Martyrs, un quartier prisé par la Tech.

Qonto et WeWork ont collaboré à l’aménagement de cinq étages avec des conceptions personnalisées. Les locaux reflètent le branding de Qonto et incluent un espace extérieur privé. D’autres souscrivent des abonnements ou consomment les espaces à la carte. “Les commerciaux sont par définition en mouvement, leur employeur peut louer un bureau un jour par semaine pour leur permettre d’effectuer les tâches de téléprospection ou implanter leur camp de base chez nous en louant trois postes de travail en permanence pour six collaborateurs et en réservant une salle de réunion le jour où l’équipe est au complet“, détaille Stéphanie Auxenfans, directrice générale de Multiburo.

Tous recherchent des locaux leur permettant de réaliser des économies (ou tout au moins de ne consommer que l’espace requis et de bénéficier de services compris dans leur budget) et/ou de communiquer une certaine image de marque, ancrée dans son époque. Un acteur comme Morning, a ainsi annoncé être devenu en octobre 2022 une entreprise B Corp, certification délivrée par B Lab(TM) France, grâce au travail effectué pour répondre aux normes les plus élevées en matière de performances sociales et environnementales, de transparence et de responsabilité.

Pour rappel, B Corp est un mouvement international qui rassemble 5 900 entreprises dans le monde, dont 240 en France. L’attribution de cette certification engage cette entreprise à poursuivre ses efforts pour conserver sa certification lors de la prochaine évaluation dans trois ans.

Surtout, elle lui fournit un argument imparable pour communiquer sur des espaces de travail écoresponsables (via notamment la gestion des déchets et du bilan énergétique), la création d’espaces plus durables (sélection de ses fournisseurs et de ses matériaux, seconde main, etc.) ou encore le lancement de son accélérateur de projets à impact.

Confort, sécurité, flexibilité

Sur le marché, les offres sont plurielles. Avec trois grandes catégories : la mise à disposition de bureaux privés au sein d’un écosystème partagé ; des espaces de travail partagé, à l’esprit collaboratif, plus ou moins animés ; et la réservation de salle de réunion. “Chez Wojo, nous innovons en lançant une offre au sein des hôtels Accor en transformant des chambres en bureaux et en créant des espaces partagés, l’idée étant de réinventer l’usage de l’hôtel et d’apporter davantage de confort, notamment aux forces de ventes itinérantes, familières du travail à l’hôtel”, explique Farid Elomri.

Les espaces de travail partagés présentent plusieurs avantages pour les entreprises. “Nous apportons du confort, avec un mobilier adapté aux nouveaux codes du travail, des bureaux ajustables, des canapés, une décoration design afin d’enrichir l’expérience collaborateur, chez Wojo, chaque site raconte une histoire“, argumente Farid Elomri. Les lieux fournissent du matériel et des services. “Nous nous différencions par la qualité du service, avec des équipes sur place chargées de l’accueil, et qui peuvent effectuer des tâches administratives et du secrétariat, nous proposons également une assistance et des services liés au réseau informatique (hébergement de serveurs, gestion de la bande passante, etc.)“, précise Stéphanie Auxenfans.

La flexibilité proposée est susceptible de répondre aux attentes des populations commerciales. En effet, une salle de réunion peut être réservée pour une demi-journée ou une journée. En revanche, dans un espace de coworking, “les premiers arrivés sont les premiers servis“, prévient Stéphanie Auxenfans.

Néanmoins ces espaces bénéficient d’aménagements spécifiques. “Nous privilégions le calme, nous avons créé des bulles de confidentialité entourées de verre pour permettre aux utilisateurs de passer leur coup de fil”, ajoute Stéphanie Auxenfans. Chez d’autres acteurs, ces espaces sont soit calmes soit animés. Certains mettent l’accent sur l’ambiance de travail, avec des activités ludiques, l’accès à une salle de sport, des animations communautaires (programme de conférences), mais aussi des salles de repos, des espaces extérieurs pour se ressourcer (terrasse, jardin).

La sécurité semble également au coeur des préoccupations. Un acteur comme Welkin & Meraki semble en avoir fait sa marque de fabrique. “Notre positionnement premium nous engage, nous fournissons des bureaux certifiés 39 dB, un accès web digne d’un standard bancaire, un contrôle d’accès certifié afin de garantir la confidentialité des négociations qui se déroulent dans nos murs “, assure Alain Brossé, CEO et fondateur.

Enfin, rejoindre un espace partagé permet de rompre avec l’isolement, de développer son réseau relationnel et d’enrichir son carnet d’adresses, un plus qui ne devrait pas déplaire aux commerciaux.

(1) « Les perspectives 2024 du coworking – Enquête sur l’évolution de la demande, analyse des stratégies et du virage serviciel des acteurs », Vincent Desruelles, Xerfi, mars 2022.

“Nous pouvons recevoir nos clients dans des lieux confortables, en proximité”

Grégory Demule, directeur associé et commercial de Formind, pure-player cybersécurité

En utilisant les espaces proposés par Wojo dès 2015, Formind qui a délaissé un bail 3/6/9 pour installer son siège social sur un petit plateau à Issy-les-Moulineaux, fait figure de précurseur. « Notre société enregistre une croissance rapide – de l’ordre de 30 à 40 % par an, nous avions besoin de flexibilité, nous avons d’ailleurs poussé les murs en occupant aujourd’hui un étage entier », témoigne Grégory Demule.

Pour ce dirigeant, l’offre de Wojo présente plusieurs avantages. « D’abord, nous pouvons recevoir nos clients dans des lieux confortables, en proximité, dans nos métiers de services, les agendas sont chargés et évoluent en permanence, la flexibilité de l’offre représente un vrai plus », assure-t-il.

L’entreprise qui est passée de 25 collaborateurs à 250 peut dimensionner l’espace en fonction de ses besoins (salle de réunion, espace partagé).

Surtout, la qualité de l’aménagement des espaces, leur localisation, sert l’attractivité de Formind. « À Issy-les-Moulineaux, nous profitons d’un grand jardin avec un terrain de pétanques, à Lyon nos bureaux sont hébergés en coeur de ville dans un immeuble de caractère, nous offrons à nos collaborateurs un cadre de travail équivalent à celui d’une grande entreprise », poursuit-il. Les collaborateurs nomades peuvent également utiliser les espaces mis à leur disposition dans les hôtels du groupe Accor.

Enfin, apprécie Grégory Demule, « la fourniture de services est importante, nous n’avons plus besoin de nous préoccuper du bon fonctionnement du matériel ou des équipements, ce qui libère un temps précieux pour des tâches à valeur ajoutée ».