Microsoft mise gros sur ChatGPT

Lorsqu’un chatbot [agent conversationnel] du nom de ChatGPT a fait son apparition sur Internet, fin décembre, les dirigeants de certaines entreprises de la Silicon Valley ont craint d’être brusquement confrontés à une nouvelle technologie d’intelligence artificielle (IA) susceptible de perturber leurs activités. Mais chez Microsoft, on s’est congratulés. Cela faisait en effet des années que Satya Nadella, le PDG de la société, avançait ses pions pour en arriver là.

En 2019, Microsoft avait investi 1 milliard de dollars dans OpenAI, la toute petite entreprise de San Francisco qui a conçu ChatGPT. Au cours des années qui ont suivi, le groupe a discrètement investi 2 milliards de dollars supplémentaires, selon deux personnes bien informées, qui souhaitent rester anonymes.

Ces 3 milliards de dollars ont contribué à financer l’énorme puissance de calcul dont OpenAI avait besoin pour construire le chatbot. Ce qui a permis à Microsoft d’élaborer et déployer rapidement de nouveaux produits fondés sur cette technologie.

Microsoft est maintenant prêt à défier ses concurrents de la Big Tech que sont Google, Amazon et Apple, avec un avantage technologique dont la société n’avait plus disposé depuis plus d’une vingtaine d’années. De source bien informée, elle serait en pourparlers pour placer 10 milliards de dollars [9,2 milliards d’euros] de plus dans OpenAI, qui cherche à faire progresser encore sa technologie. Ces négociations en disent long sur la détermination du géant de la tech à rester à la pointe de ce qui apparaît désormais comme la technologie la plus prometteuse du secteur. [Microsoft a confirmé lundi 23 janvier “un investissement pluriannuel de plusieurs milliards de dollars” dans OpenAI].

Satya Nadella avait déjà travaillé avec l’intelligence artificielle lorsqu’il dirigeait le moteur de recherche Bing de Microsoft, il y a plus de dix ans, et cela fait plusieurs années qu’il organise tous les quinze jours une réunion interne avec des responsables de l’IA. “Satya espère que nous parviendrons à repousser les limites de l’IA, et pour tous nos produits”, explique Eric Boyd, le responsable de la plateforme d’IA chez Microsoft.

“C’est un coup de maître”

ChatGPT répond aux questions, écrit des poèmes et s’exprime avec brio sur presque tous les sujets qu’on lui soumet. Fondé sur les technologies antérieures GPT-3 et GPT-3.5, il est l’exemple le plus frappant de la technologie dite d’“intelligence artificielle générative”, une expression qui désigne un système capable de créer du texte, des images, des sons et d’autres médias en réponse à de courtes invites de commande.

“C’est d’ores et déjà un coup de maître, grâce notamment à Satya, qui a été assez clairvoyant pour faire un tel pari il y a trois ans, et aussi parce que toutes les applications seront génératives à l’avenir”, estime Matt McIlwain, l’administrat