Meilleurs films d’Alfred Hitchcock, classés

Alfred Hitchcock a commencé sa carrière à l’ère du silence. Une partie importante de l’art visuel du réalisateur a été d’apprendre, film après film, à raconter une histoire avec des nuances sans utiliser de dialogue. L’une des grandes forces de sa carrière lorsque l’industrie est passée aux «talkies» était justement cela. Bien qu’il ait souvent travaillé avec d’excellents scripts, Hitchcock est le maître du suspense en raison de sa capacité à révéler l’intrigue, le personnage et les motifs uniquement à travers des images. Sa narration s’est intensifiée lorsque Technicolor est né parce que son utilisation de la direction des couleurs était superbe. Transmettre les motifs intérieurs et la psychologie de ses personnages en utilisant des schémas de couleurs spécifiques.

Mis à jour le 24 novembre 2022 : Si vous êtes ici pour Alfred Hitchcock et tout son travail exceptionnel, vous serez heureux de savoir que nous avons mis à jour cet article avec de nouvelles entrées.

Inutile de dire qu’Hitchcock a laissé une marque inestimable dans l’histoire du cinéma. Avec des classiques de tous les temps comme Rear Window, Psycho et Vertigo, Hitchcock restera toujours dans les mémoires comme l’un des plus grands. Le maître du suspense a laissé derrière lui une filmographie qui fait office de « comment faire » pour tout réalisateur qui veut faire un thriller. Voici ses meilleurs films.

12/12 Frénésie (1972)

Images universelles

Derviche en roue libre dans les rues de Londres, Frenzy a le sens de l’humour le plus sombre des derniers films d’Hitchcock. Bien au début de sa carrière, Hitchcock a abandonné le savoir-faire serré pour lequel il était devenu connu. À la suite d’un complot «mauvais homme, mauvais endroit» familier avec la filmographie de l’auteur, un tueur en série qui utilise une cravate sévit.

Les meurtres sont brutaux, tandis que les tentatives de se débarrasser du corps par le tueur ont un sens de l’humour maladif, tandis que les scènes de procédure policière ont un sens de la satire mordante. Avec l’acteur Jon Finch au centre, livrant une performance passionnée et délirante en tant qu’homme qui doit laver son nom.

11/12 Marnie (1964)

Images universelles

Un thriller psychologique tendu avec une atmosphère incroyablement menaçante qui persiste tout au long, Marnie met en vedette Sean Connery en tant qu’homme riche qui utilise son pouvoir et son charme sournois pour attirer un kleptomane joué par Tippi Hedren dans sa prise. Le film n’a pas beaucoup d’intrigue, mais est plutôt entouré du mystère du personnage d’Hedren, de ses origines et de la façon dont Connery tente d’utiliser son sens de l’amour malade pour affronter ses démons. Remplie d’une terreur qui culmine dans l’une des finales les plus brutales d’Hitchcock, Marnie est aussi tordue que possible pour le maître du suspense.

10/12 Les 39 marches (1935)

Distributeurs britanniques Gaumont

Le thriller de 1935 Les 39 marches est sans doute le premier vrai classique d’Hitchcock. Plein de suspense et d’humour, le film suit Richard Hannay, l’homme innocent avec une accusation de meurtre sur la tête (un trope préféré d’Hitchcock, cette fois joué par Robert Donat), qui est involontairement entraîné dans une poursuite d’espionnage. Avec Les 39 marches, le réalisateur a popularisé son célèbre dispositif d’intrigue de MacGuffins (dans ce cas, des secrets militaires par ailleurs accessoires), qui animent le film mais sont en fait sans importance et sans pertinence.

9/12 Les Oiseaux (1963)

Images universelles

Parfois hilarant, romantique et surtout terrifiant, The Birds résistera à l’épreuve du temps malgré le bruit de ses effets spéciaux en raison de la terrifiante conviction des attaques. Hitchcock est un réalisateur connu pour sa franchise et sa brutalité, mais aucun réalisateur de sa stature n’était prêt à mettre tous les personnages en danger, y compris les écoliers, comme Hitchcock l’était. The Birds est un témoignage des films d’horreur avec une performance emblématique du légendaire Tippi Hedren.

8/12 Pour attraper un voleur (1955)

Paramount Pictures

Un beau récit de voyage à travers la Côte d’Azur en Technicolor magnifique dans lequel Hitchcock a continué à tourner, To Catch a Thief est un film qui s’appuie sur la force du style visuel de ses réalisateurs tout en trouvant un équilibre avec le charisme de ses stars. Cary Grant joue un maître voleur à la retraite qui doit attraper un nouveau cambrioleur de chat imitateur pour effacer son nom, tout en tombant amoureux d’une incroyable Grace Kelly. Les scènes de nuit, tournées dans une teinte verte menaçante, provoquent un sentiment de mystère partout, ne sachant jamais à qui le voleur de Grant peut faire confiance. To Catch a Thief est une masterclass de splendeur visuelle et de design immaculé.

7/12 Étrangers dans un train (1951)

Warner Bros.

Ce n’est pas toujours le mystère qui rend un thriller mémorable ; c’est souvent l’ingéniosité et l’esprit brillant d’un personnage tordu au centre du conflit du film qui donne au public un grand méchant à haïr. C’est le cas de Strangers on a Train. Robert Walker joue le psychopathe en question qui attire une star de tennis professionnelle, jouée par Farley Granger, dans une configuration sophistiquée sur la façon dont ils peuvent s’en tirer avec un meurtre.

Cependant, la star du tennis a des appréhensions, créant un conflit avec Walker, un personnage psychotique, qui envisage de mettre en œuvre le plan de meurtre. L’intrigue mène à l’un des grands sommets de l’œuvre d’Hitchcock. Strangers on a Train est une vitrine des talents d’Hitchcock parce qu’il prend une configuration simple et l’élève.

Corde 6/12 (1948)

Warner Bros.

Hitchcock affinait toujours son style visuel, trouvant de nouvelles façons d’établir des motifs, des thèmes et des idées de personnages clés à révéler plus tard sous forme de détails de l’intrigue. Dans son long métrage de 1948, Rope Alfred Hitchcock se demandait s’il pouvait faire la même chose, mais d’un seul coup – et il le pouvait !

En créant un mystère de meurtre pour qu’il ressemble à un coup de feu avant qu’il ne soit à la mode, Hitchcock a fait ce qui, à l’époque, semblait impossible. Avec l’esprit charmant et rusé de son leader fiable Jimmy Stewart au centre, Rope est le point culminant d’un style innovant et d’une tension tangible en ébullition.

5/12 notoire (1946)

Photos de RKO Radio

Avec un casting de rêve dirigé par Ingrid Bergman et Cary Grant, ce film noir sombre de l’après-Seconde Guerre mondiale suit une espionne séduisante, Alicia Huberman, qui est recrutée par un agent du gouvernement, TR Devlin, pour recueillir des informations sur un groupe de nazis dans le Sud. Amérique. L’une des scènes les plus mémorables de Notorious est un baiser passionné de deux minutes et demie entre Ingrid Bergman et Cary Grant qui a contourné l’interdiction de production hollywoodienne sur les baisers de plus de trois secondes. Les films d’Hitchcock sont rarement aussi romantiques.

4/12 Psycho (1960)

Paramount Pictures

Un autre décor du maître du suspense qui restera à jamais dans la mémoire des cinéphiles est la tristement célèbre scène de la douche. Non seulement cette scène était révolutionnaire pour sa représentation du meurtre et le nombre de scènes coupées sur une courte période, mais aussi pour avoir tué celui que nous pensions que le personnage principal serait dans les 20 premières minutes.

Hitchcock était à son plus innovant avec Psycho, et il nous a donné le garçon de maman maléfique ultime à Norman Bates. Joué avec une naïveté subtile qui s’est transformée en psychopathie par Anthony Perkins. Psycho est l’un des grands slashers de tous les temps et a été sans cesse influent; même un demi-siècle plus tard, il a inspiré la série d’horreur sous-estimée Bates Motel.

3/12 Vertige (1958)

Paramount Pictures

Un réalisateur dont la palette de couleurs et la direction étaient sans précédent a fléchi une tapisserie encore plus riche dans son mystère psychologique Vertigo. Avec sa muse Everyman James Stewart traversant les rues de San Francisco, Hitchcock a poussé son travail à des profondeurs intellectuelles et cinématographiques vertigineuses et retrouvées. Alors que Stewart tente de résoudre le cas de la femme mystérieuse, jouée avec une délicatesse intime par Kim Novak, les deux se lancent dans un voyage spectral inoubliable d’identité, de peur et d’amour.

2/12 Nord par Nord-Ouest

Metro-Goldwyn-Mayer

L’image la plus amusante et la plus absurde qu’Alfred Hitchcock ait jamais réalisée, North by Northwest est une chevauchée ininterrompue d’appels rapprochés, de polars et de décors conçus par des experts, avec deux des scènes les plus célèbres de l’histoire du cinéma qui se déroulent de près. À 30 minutes d’intervalle – l’appel rapproché du dépoussiéreur puis la poursuite au sommet du mont Rushmore, l’un des lieux de rencontre ultimes des méchants.

Hitchcock s’est appuyé sur le toujours charmant et cool Cary Grant pour affronter la méchanceté suave de James Mason alors que Grant doit se sortir de fausses accusations de meurtre. Un chemin qui le mène sur une route dangereuse mais fait dans le style que seul le maître lui-même pouvait diriger.

Lunette arrière 1/12

Paramount Pictures

Le sens du mystère qu’Hitchcock peut créer sur un plateau contrôlé est une ode à son pouvoir de conteur visuel. Les tromperies, les fausses épiphanies et les gestes qui suggèrent la violence qui se produit dans ce petit bloc créent tous l’un des grands thrillers jamais réalisés, tous racontés du point de vue de James Stewart en tant que journaliste blessé à travers sa caméra. Rear Window est devenu le texte ultime du voyeurisme, utilisant la caméra pour jeter un coup d’œil dans un monde que nous ne comprenons pas entièrement, projetant notre sens sur les coupes et les objets que Hitchcock nous montre. C’est le summum des prouesses photographiques d’Hitchcock et du pouvoir de suggestion.

x