Lutte contre les violences faites aux femmes : création d’un comité d’action contre le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles dans les transports

Le Jeudi 24 novembre 2022

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Mme Isabelle LONVIS-ROME, ministre déléguée auprès de la Première ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, et M. Clément BEAUNE, ministre chargé des Transports, annoncent la création d’un comité d’action contre le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles dans les transports.

En France, 87% des usagères des transports en commun déclarent avoir déjà été victimes de harcèlement sexiste, de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles ou de viols dans les transports en commun.[i]

Favoriser la mobilité des Françaises sur leur trajet du quotidien dans les meilleures conditions possibles de sécurité et de confort constitue un impératif et une priorité des deux ministères. Les violences et le harcèlement dont sont victimes les femmes dans les transports sont inacceptables. C’est pourquoi les ministres instituent un comité d’action qui réunira les services de l’État, les autorités organisatrices, les opérateurs de transports en commun, les représentants des autres modes de transports ainsi que les associations défendant les droits des femmes dans les transports et les usagers afin d’avancer plus vite et plus concrètement sur le sujet.

Ce comité aura pour mission :

  • de dialoguer avec les associations d’usagers et de droits des femmes mobilisées dans la lutte contre les violences à caractère sexuel ou sexiste ;
  • d’élaborer une typologie d’actions qui fonctionnent en France et à l’étranger ;
  • de fixer des indicateurs de mobilisation à tous les acteurs du transport afin d’en assurer le suivi ;
  • d’identifier les réseaux les moins avancés en termes de prévention des violences sexistes et sexuelles et de renforcer leurs actions ;
  • d’impliquer l’ensemble des acteurs des transports et des mobilités dans les actions à mener dans la prévention des violences sexistes et sexuelles.

Ce comité se réunira pour la première fois au premier trimestre 2023, en amont de la journée des droits des femmes, le 8 mars.

L’information aux voyageurs en cas d’incident dans les transports ainsi que les gestes à suivre en situation d’agression ou de violence est une priorité pour lutter contre ce type de comportements au quotidien. Le ministère chargé des Transports financera une campagne de communication à hauteur d’un million d’euros pour prolonger la mobilisation tout au long de l’année 2023 dans les réseaux SNCF et RATP.

Le Gouvernement apporte son soutien aux initiatives mises en place par les opérateurs des transports qui se saisissent depuis plusieurs années de ce sujet, notamment :

  • Les actions d’information des opérateurs des transports qui sont invités à mettre en place ou prolonger leur campagne pour lutter contre les violences faites aux femmes au-delà de la période du 25 novembre, via les panneaux publicitaires dédiés à la lutte contre les violences faites aux femmes dans les transports. Les ministres saluent les engagements de la SNCF et de la RATP en la matière.
  • Les marches exploratoires qui permettent d’identifier les espaces générateurs d’insécurité pour les femmes dans leur trajet (action de groupes de personnes parcourant un secteur donné afin d’identifier les espaces générateurs d’insécurité).

Le ministère des Transports annonce également son adhésion à l’association « Femmes en Mouvement » qui a pour mission de promouvoir les femmes dans la mobilité et la mobilité des femmes.  

 

[i] Etude sur le harcèlement sexiste et les violences sexuelles faites aux femmes dans les transports publics de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports de 2016

x