L’université Clermont-Auvergne va ouvrir un DU  «Ethique des acteurs publics» pour développer la culture de la probité 

C’est une première. L’association Anticor et l’École de droit de l’Université Clermont Auvergne (UCA) travaillent depuis un an à la création d’un diplôme universitaire « Éthique des acteurs publics ». Il ouvrira en janvier 2023 avec 20 places pour des étudiants titulaires d’une licence ou des professionnels souhaitant se former à cette thématique.
Fabien Bourcereau, référent local de l’association Anticor, et responsable de formation du futur DU, avec Christophe Testard, professeur de droit de l’UCA, explique : 

Nous avons fait le constat qu’avec la multiplication des affaires politico-financières, le législateur avait beaucoup légiféré (*) et qu’au carrefour du droit pénal et du droit administratif, un droit de l’éthique publique était en train d’émerger.

« L’idée est d’offrir un outil qui s’adressera aux étudiants en droit, aux élus et aux agents publics pour leur apporter des connaissances sur les formes que peut prendre la corruption (prise illégale d’intérêt, délit de favoritisme, détournement de fonds, concussion…) », poursuit Fabien Bourcereau.

Anticor 63 appelle « à développer une culture de la probité et à protéger les lanceurs d’alerte »

Le juge Renaud Van Ruymbeke invité

Le diplôme universitaire (DU) comportera trois modules : une approche conceptuelle, philosophique et historique de l’éthique publique ; une approche juridique avec l’intervention de professeurs de droit, juristes, magistrats du parquet et de l’instruction et représentants des associations Anticor et de la Maison des lanceurs d’alerte ; et enfin une approche pratique avec des études de cas et des conférences d’actualité avec le juge Renaud Van Ruymbeke (affaires Urba, frégates de Taïwan, Clearstream 2) et Fabrice Arfi, le journaliste de Mediapart qui a sorti l’affaire Cahuzac.

 

L’association Anticor lutte contre la corruption et pour l’éthique en politique.
 

 

Développer la culture de la probité et de la transparence

 Ce DU veut être un outil de prévention et de sensibilisation alors même que la loi a instauré des Référents déontologues. 

« La corruption est une délinquance invisible, sournoise, mais qui fait beaucoup de victimes et qui coûte cher à la collectivité, d’autant que les corrupteurs profitent de l’omerta qui entoure leurs actes. C’est aussi pour cela qu’on souhaite mixer les publics pour faire avancer la culture de la probité et de la transparence. On doit essayer de faire bouger les choses ». 
(*) Loi Sapin II en 2016, relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique ; loi pour la confiance dans la vie politique en 2017.

Les candidatures (lettres de motivation et CV) sont à adresser à Christophe Testard et Fabien Bourcereau à [email protected] Les frais d’inscriptions sont de 900 € et peuvent être ramenés à 600 €, sous conditions. Les cours auront lieu les vendredis pour 70 heures de cours.

Géraldine Messina

[email protected]

x