Loi électorale : le CNSA encourage l’Assemblée nationale à rechercher davantage de consensus entre acteurs politiques et forces vives

Le Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) encourage le Bureau de l’Assemblée nationale à trouver davantage de consensus autour du débat en cours sur les réformes électorales.

“Concernant l’absence du consensus sur la révision de la loi électorale, le CNSA recommande au Parlement: -Dans l’intérêt supérieur de la Nation, d’adopter une loi impersonnelle, ainsi que le Président de la République, Chef de l’Etat a, lors de son discours d’investiture à la magistrature suprême du pays le 24 janvier 2019, promis au peuple « l’adoption d’une loi électorale garante de l’équité pour tous les citoyens »  et de rechercher le consensus sur la loi électorale, gage de la stabilité d’une véritable démocratie qui garantit tous les congolais dans leur diversité culturelle et politique, ciment de notre cohésion nationale. Tel est le vœu de notre peuple dans son ensemble”, lit-on dans une déclaration du CNSA à l’issue de d’une Session extra-ordinnaire.

Et d’ajouter :

“Le CNSA encourage le Parlement, à œuvrer davantage dans la recherche du consensus entre acteurs politiques et forces vives à propos de la loi électorale en cours d’examen en son sein en vue de garantir un processus électoral apaisé”.

C’est depuis le 14 avril dernier que l’Assemblée nationale a entamé l’examen de cette proposition de loi modifiant et complétant la loi électorale initiée par le G13. Après présentation de l’économie générale de ladite proposition, des jours ont été laissés pour permettre notamment aux députés FCC qui avaient boycotté la plénière à rejoindre le débat. Lors du troisième et dernier jour du débat, un groupe d’élus FCC avait rejoint l’hémicycle et participé au débat. Il s’agit notamment d’Adolphe Lumano, Josué Mufula, Ida Kitwa, Marie-Claire Alfani Machozi.