« L’Innocent », « La Nuit du 12 », « En Corps » en tête des nominations

Avec onze nominations au compteur annoncées mercredi 25 janvier, dont celle du meilleur film, le long-métrage de Louis Garrel prend la tête de la course aux statuettes. Seule comédie nominée dans la catégorie reine de la compétition, elle est talonnée de très près par « La nuit du 12 » de Dominik Moll (dix nominations), « En corps » de Cédric Klapisch (neuf nominations) et « Pacifiction – tourment sur les îles » d’Albert Serra (neuf nominations).

Le cinéma français est-il aussi mort qu’on le dit ?

Louis Garrel sur tous les fronts

Avec 690 000 entrées, le film de Louis Garrel avait connu un beau succès malgré la crise traversée par les salles de cinéma. Comédie populaire drôle et touchante, « L’innocent » raconte l’histoire d’Abel (Louis Garrel) qui apprend que sa mère (Anouk Grinberg) est sur le point de se marier avec un homme en prison (Roschdy Zem). Accompagné par sa meilleure amie (Noémie Merlant), le jeune homme va tout faire pour empêcher cette union. Casting cinq étoiles et dialogues truculents, la première comédie de Louis Garrel se veut pour tous les publics, expliquait-il à « L’Obs », en octobre dernier :

La suite après la publicité

« Avec “L’Innocent”, j’espère m’ouvrir au grand public. Je disais à l’équipe “faisons un film de variété”. Variété des registres : la comédie de boulevard, le film de filature, de braquage, etc. Je lisais l’autobiographie de Frank Capra (“Hollywood Story”), il était habité par l’idée de “faire spectacle”. Il y a de ça dans “l’Innocent”, un désir de spectacle pour tout le monde, d’être divertissant. C’est un cinéma de narrateur, pas de poésie. Et s’il y a de la poésie, tant mieux. »Louis Garrel : « J’aurais moins de plaisir à jouer un Parisien de 40 ans qu’Edouard Balladur »

Pour remporter la prestigieuse statuette de la meilleure réalisation, Louis Garrel concourra aux côtés de « Les Amandiers » de Valeria Bruni-Tedeschi, « En Corps » de Cédric Klapisch, « La Nuit du 12 » de Dominik Moll et « Pacifiction – Tourment sur les îles » d’Albert Serra.

En lice comme réalisateur mais également en tant que comédien, il est nommé pour le César du meilleur acteur face à Jean Dujardin (« Novembre »), Vincent Macaigne (« Chronique d’une liaison passagère »), Benoît Magimel (« Pacifiction – Tourment sur les îles ») et Denis Ménochet (« Peter Von Kant »).

Benoît Magimel : « Une carrière d’acteur ressemble à une course de fond. La route est longue, mais elle est belle »

Des nominations pas vraiment surprenantes

Pas vraiment de surprises dans ces nominations 2023. En lice pour le César de la meilleure actrice, on retrouve des grands noms du cinéma français, comme Virginie Efira pour « Revoir Paris », Fanny Ardant pour « Les Jeunes amants », Juliette Binoche pour « Ouistreham », Laure Calamy pour « A plein temps » et Adèle Exarchopoulos pour « Rien à foutre ». Pas surprenant, non plus, le manque de diversité ethnique au sein des nommés.

Féminisme, désir, maternité… Dialogue subtil entre Virginie Efira et Rebecca Zlotowski

En revanche, on se surprend à voir dans les catégories des meilleurs seconds rôles féminins et masculins des actrices et acteurs du même film s’affronter. Chez les femmes, Anaïs Demoustier et Lyna Khoudri sont toutes les deux nommées pour « Novembre », ainsi qu’Anouk Grinberg et Noémie Merlant pour « L’innocent », face à l’esseulée Judith Chelma pour « Le Sixième enfant ». Côté masculin, ce sont François Civil et Pio Marmaï, tous les deux nommés pour « En Corps » qui s’affrontent, face à Bouli Lanners pour « La Nuit du 12 », Micha Lescot pour « Les Amandiers » et Roschdy Zem pour « L’Innocent ».