Les sorties du 25 janvier 2023


La Famille Asada © 2020 Asahi Shimbun / Bridgehead / Toho Company / Art House Films Tous droits réservés

La fin janvier n’est a priori pas la période de l’année où les spectateurs sont susceptibles de faire de belles découvertes dans leurs salles obscures préférées. Pourtant, le programme cinéma de cette semaine se montre une fois de plus suffisamment riche et varié pour que tout le monde ou presque devrait y trouver son bonheur. A tel point que nous n’avons pas su caler dans nos trois recommandations hebdomadaires à ne surtout pas rater le coup de cœur incontestable de notre cher confrère Jean-Jacques, le drame mi-social, mi-musical et complètement édifiant Divertimento de Marie-Castille Mention-Schaar !

En termes de bons sentiments, nous lui préférons en effet le mélodrame japonais La Famille Asada de Ryôta Nakano qui arrive enfin sur nos écrans, deux ans et demi après être sorti dans son pays d’origine et après son passage remarqué en décembre dernier au Festival Kinotayo. La famille plus ou moins malmenée est également au cœur de la pépite de l’animation Interdit aux chiens et aux Italiens de Alain Ughetto. Enfin, il serait criminel de passer à côté du tour de force de Cate Blanchett, la favorite dans la course à l’Oscar de la Meilleure actrice, dans Tár de Todd Field ou comment la perfection kubrickienne survit sans trop de souci, même près d’un quart de siècle après la disparition du maître.

Mayday © 2023 Kenneth Rexach / Di Bonaventura Pictures / Mad River Pictures / Olive Hill Media / Lionsgate /
Metropolitan Filmexport Tous droits réservés

Ce qui nous laisse avec une poignée de films qui valent également le détour dans votre multiplexe ou votre salle art et essai dès aujourd’hui. A commencer donc par Divertimento, le conte social qui a visiblement conquis notre critique maison. Les ambitions d’un autre réalisateur français étaient sans doute toutes autres, puisque Mayday de Jean-François Richet se présente comme le genre de divertissement bourrin qui n’a malheureusement plus trop la cote ces derniers temps. Croisons alors les doigts pour que la carrière américaine du réalisateur se montre enfin à la hauteur de ses œuvres françaises, après Assaut sur le Central 13 en 2005 et Blood Father en 2016 …

Puis, le documentaire de la semaine est sans conteste Alis de Clare Weiskopf et Nicolas Van Hemelryck sur le lent travail de reconstruction mentale de huit adolescentes issues de milieux défavorisés à Bogota. La reconstitution, fictive cette fois, est encore plus minutieuse dans le thriller Ashkal L’Enquête de Tunis de Youssef Chebbi, présenté à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes l’année dernière.

La Passagère © 1963 Zespol Filmowy Kamera / Malavida Films Tous droits réservés

Trois films font leur retour remarqué sur les grands écrans de la France cette semaine et pas des moindres. Tandis que Le Destin de Juliette de Aline Issermann appartient au jeune cinéma français des années 1980 qui n’a peut-être pas forcément fait ses preuves sur la durée, La Passagère de Andrzej Munk est un film fort, jusqu’à devenir insoutenable, sur le quotidien dans un camp d’extermination et ses jeux de pouvoir pervers. Les mœurs ne sont plus sophistiquées qu’en apparence dans Le Salon de musique, le chef-d’œuvre de Satyajit Ray qui ressort dans une belle version restaurée, alors que la dernière rétrospective partielle des films du maître indien remonte déjà à plus de huit ans.


Alis de Clare Weiskopf et Nicolas Van Hemelryck (Colombie, Documentaire, 1h24)

Ashkal L’Enquête de Tunis de Youssef Chebbi (Tunisie, Thriller, 1h32, distribué sur 58 copies) avec Fatma Oussaifi, Mohamed Houcine Grayaa et Rami Harrabi

Le Cœur noir des forêts de Serge Mirzabekiantz (Belgique, Drame, 1h44) avec Elsa Houben, Quito Rayon Richter et Aurélia Petit

Divertimento de Marie-Castille Mention-Schaar (France, Drame social, 1h50) avec Oulaya Amamra, Lina El Arabi et Niels Arestrup (critique)

La Famille Asada de Ryôta Nakano (Japon, Drame familial, 2h07, distribué sur 108 copies) avec Makiko Watanabe, Satoshi Tsumabuki et Masaki Suda

Interdit aux chiens et aux Italiens de Alain Ughetto (France, Animation, 1h10)

Mayday de Jean-François Richet (États-Unis, Action, 1h47) avec Gerard Butler, Mike Colter et Daniella Pineda

Neneh superstar de Ramzi Ben Sliman (France, Comédie dramatique, 1h37) avec Oumy Bruni Garrel, Maïwenn et Aïssa Maïga

Pattie et la colère de Poséidon de David Alaux (France, Animation, 1h36)

Retour à Séoul de Davy Chou (Belgique, Drame, 1h55) avec Park Ji-min, Oh Kwang-rok et Guka Han (critique)

Saloum de Jean Luc Herbulot (Sénégal, Thriller, 1h20) avec Yann Gaël, Roger Sallah et Mentor Ba

Tár de Todd Field (États-Unis, Drame psychologique, 2h38) avec Cate Blanchett, Nina Hoss et Noémie Merlant

Tu choisiras la vie de Stéphane Freiss (France, Drame, 1h41) avec Lou De Laâge, Riccardo Scamarcio et Anna Sigalevitch (critique)

Un petit miracle de Sophie Boudre (France, Comédie, 1h32) avec Alice Pol, Jonathan Zaccaï et Eddy Mitchell

Vaincre ou mourir de Vincent Mottez et Paul Mignot (France, Drame historique, 1h55, distribué sur 244 copies) avec Hugo Becker, Rod Paradot et Gilles Cohen

Reprises

Le Destin de Juliette (1982) de Aline Issermann (France, Drame, 1h55) avec Richard Bohringer, Laure Duthilleul et Hippolyte Girardot

La Passagère (1963) de Andrzej Munk (Pologne, Drame, 1h02) avec Anna Ciepielewska, Aleksandra Slaska et Jan Kreczmar

Le Salon de musique (1958) de Satyajit Ray (Inde, Drame, 1h40) avec Chhabi Biswas, Padma Devi et Gangapada Basu (critique)