Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix du 7 au 13 octobre

Netflix balance nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu’on les remarque ou que la plateforme ne l’annonce officiellement. Ecran Large revient sur les nouveautés ajoutées par Netflix du 7 au 13 octobre 2022, films et séries confondus dans une liste non exhaustive.

Quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

AMERICAN GIRL

Disponible sur Netflix – Durée : 1h55

 

 

Ça parle de quoi ? Ani FaNelli, New-Yorkaise à la langue bien pendue, semble tout avoir pour être heureuse. Mais quand le réalisateur d’un documentaire l’invite à raconter sa version du terrible incident survenu au prestigieux lycée Brentley durant son adolescence, Ani doit affronter une sombre vérité qui menace la vie qu’elle s’est bâtie au prix de tant d’efforts.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que chaque fois on se dit que Mila Kunis nous manque et que ça fait longtemps qu’on ne l’a pas vue. La sortie d’American Girl nous prouve tout d’abord que l’actrice n’est pas morte et que si on ne la voyait plus, c’était peut-être que tous ses mauvais films lui ont permis de se payer une césure bien dorée. En tout cas, la voir revenir pour un projet qui semble enfin tenir debout à de quoi faire saliver. D’autant plus que l’actrice est très talentueuse et l’a prouvé, notamment avec le sous-estimé Jupiter : Le Destin de l’univers (malgré le bide) ou Black Swanpar le passé.

Ici, la comédienne semble s’être trouvé un rôle compilation, lui permettant de fusionner toutes ses précédentes incarnations. Une œuvre où elle livrerait une sorte de performance somme. Du coup, on a hâte de voir comment elle s’en sortira et jonglera entre la femme aimante, la femme d’affaires forte ou une fillette brisée et hantée par un traumatisme qui semble enfouie quelque part en elle.

GLITCH

Disponible sur Netflix – Durée : 10 épisodes de 60 minutes

  

 

Ça parle de quoi ? Jihyo peut voir les extraterrestres, Bora les traque. Ensemble, ils recherchent le petit ami de Jihyo qui a disparu sans laisser de trace, et se heurtent à un mystère “non identifié”.

Pourquoi il faut la regarder ? Non, Glitch n’est point une variante de X-Files, loin de là. En revanche, avec cette série, la Corée du Sud pourrait encore afficher son savoir-faire avec une atmosphère protéiforme entre une véritable paranoïa et une extravagance qui sied si bien au Pays du Matin Calme.

Supervisée par Roh Deok, réalisateur du film primé Very Ordinary Couple, et portée par Jeon Yeo-been (actrice remarquée dans After my death), Glitch semble s’inspirer de prime abord des thématiques chères à la science-fiction américaine pour mieux se démarquer au fil des épisodes. L’héroïne a vu quelque chose, mais elle n’est pas la fille de David Vincent. Partez donc à la recherche de ce garçon disparu en compagnie d’un groupe iconoclaste.

THE MIDNIGHT CLUB

Disponible sur Netflix – Durée : 10 épisodes de 60 minutes

 

The Midnight Club : photo, Rahul Kohli Rahul Kohli, toujours fidèle au poste

 

Ça parle de quoi ? Dans un établissement spécialisé dans l’accueil des jeunes adultes en phase terminale, huit patients se réunissent tous les soirs à minuit pour se raconter des histoires effrayantes, et font un pacte : le prochain d’entre eux qui mourra devra envoyer au groupe un signe de l’au-delà. Inspiré du roman du même nom publié en 1994 ainsi que d’autres œuvres de Christopher Pike.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce qu’on ne peut pas louper la nouvelle mini-série de Mike Flanagan après l’exceptionnel Sermons de minuit dont on ne s’est toujours pas totalement remis. Le maître de l’épouvante existentielle et du drame intime vient donc nous proposer un récit d’adolescence troublée dans un mystérieux hôpital aux sombres secrets.

Entre Stranger Things (le nouveau standard pour le genre chez Netflix) et La Quatrième DimensionThe Midnight Club a toutes les forces nécessaires pour nous faire trembler et nous passionner à travers son récit semi-anthologique. On espérera aussi et avant tout y trouver toute la mélancolie et l’inquiétude propre aux œuvres de Flanagan, qui en font l’infini charme.

Notre critique de The Midnight Club

 

SPIDER-MAN : far from home 

Disponible le 13 octobre – Durée : 2h10

 

Spider-Man : Far From Home : photo, Jake Gyllenhaal

Spider-Man : Far From Home : photo, Jake GyllenhaalLe beau, le grand Jake Gyllenhaal

 

Ça parle de quoi ? L’araignée sympa du quartier décide de rejoindre ses meilleurs amis Ned, MJ et le reste de la bande pour des vacances en Europe. Cependant, le projet de Peter de laisser son costume de super-héros derrière lui pendant quelques semaines est rapidement compromis quand il accepte à contrecoeur d’aider Nick Fury à découvrir le mystère de plusieurs attaques de créatures, qui ravagent le continent !

Pourquoi il faut le regarder ? Spider-Man : Far from Home, c’est le deuxième opus de la trilogie Marvel après Spider-Man : Homecoming et avant Spider-Man : No Way Home. Comme toujours dans ces trois films, la teneur de l’ensemble est plutôt honnête pour une production Marvel et s’immiscent même quelques belles idées de mise en scène (notamment lors d’une illusion nous plongeant dans une longue séquence hallucinée).

Par ailleurs, le film plonge son héros au coeur de l’Europe, un continent rarement exploré par le MCU mais surtout aux caractéristiques architecturales bien différentes des buildings américains, obligeant Spidey à modifier ses habitudes de déplacements. Pour le reste, le récit est toujours guidé par une sous-intrigue teen qui explore la relation entre Peter et MJ et quelques touches d’humour chères à Marvel. Même si le tout aurait pu être plus ambitieux (comme d’habitude), le divertissement est donc assuré. Et puis voir Jake Gyllenhaal en Mysterio, dont la direction du personnage a été repensée pour semer le doute dans la tête des fans tout en modernisant le personnage, est aussi un petit plaisir.

Notre critique de Spider-Man : Far from Home

the watcher 

Disponible le 13 octobre – Durée : 7 épisodes de 60 minutes

 

Ça parle de quoi ? Les Brannock emménagent dans une splendide maison au cœur d’un quartier résidentiel, mais leur rêve vire bientôt au cauchemar éveillé. À peine installés, ils reçoivent des lettres menaçantes signées “The Watcher”, et ce n’est qu’un début, car voilà que les sinistres secrets du voisinage commencent à refaire surface.

Pourquoi il faut la regarder ? La série se base sur l’histoire vraie du « Watcher » du New Jersey, triste corbeau qui a terrorisé une famille fraîchement installée au point de la pousser à partir. Ce fait divers particulièrement sordide et teinté de mystère (l’affaire n’a toujours pas été élucidée à ce jour) suscite assez de curiosité pour inspirer des scénaristes chevronnés, à savoir Ryan Murphy et Ian Brennan.

En outre, les deux hommes ont déjà collaboré sur Glee, The Politician, Scream Queens et Hollywood par le passé. Ces expériences témoignent d’un gage d’efficacité dans la capacité à développer une histoire. Qui plus est, on sera très heureux de retrouver la talentueuse Naomi Watts en tête d’affiche aux côtés du bougon Bobby Cannavale. Des éléments largement suffisants pour attiser la curiosité, la même qui a motivé les créateurs de la série.

 

MAIS AUSSI…

Old People, The Playlist, Ma, Blanche comme neige, Blackout, Little Women, Papicha, Jeffrey Dahmer : Autoportrait d’un tueur…

x