Les nominations aux César et aux Oscars sont connues – rts.ch

“L’innocent” et “La nuit du 12” sont en tête des nominations aux 48e César dont la cérémonie se tiendra le 24 février. Du côté des Oscars dont les statuettes seront décernées le 12 mars, c’est la comédie “Everything Everywhere All At Once” qui mène la course aux nominations.

Avec respectivement 11 et 10 nominations, la comédie policière “L’innocent” de Louis Garrel et le polar “La nuit du 12” de Dominik Moll, qui retrace l’enquête impossible sur un féminicide, font la course en tête en vue des César qui seront décernés le 24 février. Ils sont suivis de près par le film de Cédric Klapisch sur la reconstruction d’une danseuse classique (“En corps”), et “Pacifiction” avec Benoît Magimel, qui comptent neuf nominations chacun.

>> A voir: la bande-annonce du film “L’innocent” de Louis Garrel

Fanny Ardant (“Les jeunes amants”), Juliette Binoche (“Ouistreham”), Laure Calamy (“A plein temps”), Virginie Efira (“Revoir Paris”) et Adèle Exarchopoulos (“Rien à foutre”) sont en lice pour le César de la meilleure actrice.

Sont nommés pour le César du meilleur acteur Jean Dujardin (“Novembre”), Louis Garrel (“L’innocent”), Vincent Macaigne (“Chronique d’une liaison passagère”), Denis Ménochet (“Peter Von Kant”) et Benoît Magimel (“Pacifiction”).

Nouvelle règle face aux affaires de violences sexuelles ou sexistes

Les César, régulièrement pointés pour leur entre-soi, ne feront pas forcément taire ces critiques cette année: “En Corps” est le seul film parmi les favoris à avoir réuni plus d’un million de spectateurs (1,3 million). “Novembre” et “Simone, Le Voyage du Siècle”, plus populaires avec plus de 2 millions d’entrées, doivent se contenter de sept et deux nominations chacun.

Sauf révélation de dernière minute, l’Académie devrait par contre s’épargner une nouvelle crise sur l’attitude à adopter face aux artistes soupçonnés ou impliqués dans des affaires de violences sexuelles ou sexistes.

Gérard Depardieu ou Ary Abittan, présumés innocents par la justice mais mis en examen pour des viols qu’ils nient, ne sont pas nommés, pas plus que Sofiane Bennacer. Son cas était le plus radioactif, depuis sa révélation dans “Les Amandiers”, le film de sa compagne Valéria Bruni-Tadeschi. La sortie du film a été accompagnée de révélations sur ses mises en examen pour viols, et la réalisatrice a admis en avoir été au courant pendant le tournage.

Sofiane Bennacer n’est finalement pas nommé parmi les espoirs masculins, et les César ne devraient donc pas avoir besoin de dégainer la règle adoptée en dernière minute, selon laquelle aucune personne mise en cause “par la justice pour des faits de violence” ne sera “mise en lumière”. Le long-métrage, retraçant l’aventure du théâtre des Amandiers de Patrice Chéreau, récolte tout de même sept nominations, dont le meilleur film.

Les 4’705 membres de l’Académie ont désormais un mois pour départager ces films, avant la soirée de remise des prix qui sera présidée par Tahar Rahim, et présentée collégialement avec neuf maîtres et maîtresses de cérémonie, d’Emmanuelle Devos à Eye Haïdara, en passant par Alex Lutz et Ahmed Sylla.

“Everything Everywhere All At Once” en tête pour les Oscars

De l’autre côté de l’Atlantique, on vient également d’annoncer les nominations pour les Oscars qui auront lieu le 12 mars à Hollywood. Le film “Everything Everywhere All At Once” de Daniel Kwan et Daniel Scheinert a été nommé 11 fois et mène la course aux prestigieuses statuettes. Cette comédie indépendante devance “Les Banshees d’Inisherin” de Martin McDonagh et le long-métrage allemand “A l’Ouest, rien de nouveau” d’Edward Berger, nominés chacun dans neuf catégories.

L’Académie a également honoré les blockbusters “Top Gun: Maverick” de Joseph Kosinski et “Avatar: la voie de l’eau” de James Cameron, qui ont largement rempli les salles obscures trop souvent délaissées depuis la pandémie. Ils sont tous deux nominés pour le prix du meilleur film. Dans cette catégorie reine, ils devront, entre autres, faire face à “Elvis”,”The Fabelmans”, “Tar” et la dernière Palme d’or cannoise “Sans Filtre”.

Outre l’Oscar du meilleur film, “Everything Everywhere All At Once” est également nominé pour l’Oscar du meilleur réalisateur. Et sa tête d’affiche, la Malaisienne Michelle Yeoh, qui a déjà remporté un Golden Globe début janvier, est désormais la deuxième Asiatique dans l’histoire des Oscars a être nommée pour la statuette de la meilleure actrice. Son duel avec Cate Blanchett (“Tar”) s’annonce très disputé.

>> A voir: la bande-annonce du film “Everything Everywhere All At Once”

Un manque de diversité relevé

Les autres nominations de cette catégorie sont toutefois susceptibles d’alimenter les critiques envers le manque de diversité des Oscars, routiniers du fait depuis le lancement du hashtag #oscarssowhite en 2015. Aucune actrice noire ne figure dans la liste, malgré les prestations remarquées de Viola Davis dans le film d’action “The Woman King” et de Danielle Deadwyler dans “Till”, qui confronte le passé ségrégationniste de l’Amérique.

Sur les réseaux sociaux, un début de polémique entoure également la catégorie meilleur réalisateur, où ne figurent que des hommes cette année, dont l’incontournable Spielberg, déjà récompensé aux Golden Globes.

Pour le prix du meilleur acteur, Colin Farrell a été nominé pour son rôle d’insulaire irlandais accablé par la rupture soudaine des liens avec son ami de toujours, dans “Les Banshees d’Inisherin”. Il affrontera notamment Austin Butler, plus vrai que nature dans son incarnation du mythe Elvis Presley, et Brendan Fraser, nommé pour son personnage de professeur obèse reclus chez lui dans “The Whale”.

Entre narrations ambitieuses ou originales et grands succès populaires, le suspense est à son comble cette année et les prédictions s’annoncent ardues.

afp/aq