Les cinémas français, à la reconquête du public, se sont réunis en congrès à Deauville

Mercredi 21 septembre 2022, dans le cadre du Congrès de la Fédération Nationale des Cinémas Français, un débat avec les pouvoirs publics se tenait l'après-midi au Centre International de Deauville.
Mercredi 21 septembre 2022, dans le cadre du Congrès de la Fédération Nationale des Cinémas Français, un débat avec les pouvoirs publics se tenait l’après-midi au Centre International de Deauville. ©Philippe JAUTEE

Le 77e congrès de la Fédération Nationale des Cinémas Français s’est déroulé du lundi 19 au jeudi 22 septembre 2022 au Centre international de Deauville (Calvados).

« Nous venons de traverser tous ensemble, exploitations, distributions, productions, artistes, auteurs, pouvoirs publics, deux années très éprouvantes », a déclaré Richard Patry, président de la Fédération Nationale des Cinémas Français. « Ce fut aussi le cas pour tous nos concitoyens, qui ne l’oublions pas, sont aussi des spectateurs des salles. »

La ministre de la Culture Rima Abdul Malak a notamment été accueillie par Philippe Augier, maire de Deauville, et par Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français.
La ministre de la Culture Rima Abdul Malak a notamment été accueillie au Congrès, au C.I.D., par Philippe Augier, maire de Deauville, et par Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français. La Ministre s’est ensuite rendue au centre culturel Les Franciscaines. ©Philippe JAUTEE

Richard Patry a ensuite communiqué des prévisions, entre 150 et 170 millions d’entrées prévues pour l’année 2022, « soit une moyenne de 70 à 80 % des entrées d’avant-crise » : « plus de deux tiers des spectateurs sont revenus dans les salles et c’est déjà considérable ». Mais cette reprise progressive est considérée « trop lente ». Richard Patry a alors appelé à une « mobilisation générale ».

Reconquérir le public

La Ministre de la Culture Rima Abdul Malak a aussi participé au congrès mercredi après-midi. « Aujourd’hui, on a une baisse de fréquentation qui est à – 28 % en France par rapport à la moyenne entre 2017 et 2019 », a indiqué la ministre à la presse. « Ça peut sembler beaucoup, mais en réalité c’est une situation beaucoup moins catastrophique que dans d’autres pays […] C’est dû aux talents de nos exploitants, à la qualité des films, aux habitudes assez ancrées des Français. » 

Avant de prononcer son discours, Rima Abdul Malak a écouté celui de Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français. La ministre de la Culture était aux côtés de Guillaume Lericolais, sous-préfet de Lisieux, et  Dominique Boutonnat, président du Centre National du Cinéma et de l'image animée.
Avant de prononcer son discours, Rima Abdul Malak a écouté celui de Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français. La ministre de la Culture était aux côtés de Guillaume Lericolais, sous-préfet de Lisieux, et Dominique Boutonnat, président du Centre National du Cinéma et de l’image animée. ©Philippe JAUTEE

Rima Abdul Malak souligne notamment l’enjeu de la reconquête du public, mais notamment aussi de nouveaux publics, appelant à « aller cherchez les jeunes qui vont être le public de demain ». La ministre de la Culture a notamment posé la question des tarifs : « Les jeunes du Pass culture me la posent à la chaque fois que j’échange avec eux. Il n’y a a pas que Kad Mérad qui la pose. […]

« Il y a un travail de pédagogie et de communication à faire sur les tarifs pour bien sensibiliser à la réalité des tarifs. Et là où ils sont chers, un travail pour essayer de proposer des tarifs réduits aux catégories de la population qui sont en difficulté financière. »

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture, lors du 77e congrès de la Fédération Nationale des Cinémas Français
Le congrès réunit de nombreux exploitants de cinémas français.
Le congrès réunit de nombreux exploitants et autres professionnels du cinéma. ©Philippe JAUTEE

Chronologie des médias

Sur le dossier de la chronologie des médias, qui a fait l’objet d’une signature en janvier dernier pour trois ans, la ministre annonce : « aux vus des évolutions très rapides et des menaces pour nos salles de cinéma, par exemple de retraits de films de Disney qui pourraient ne pas sortir en salles, il nous faut évoluer collectivement et rediscuter collectivement. »

Une discussion sera engagée « dès le début du mois d’octobre ».

Vidéos : en ce moment sur Actu

Sobriété énergétique

Mercredi, lors du congrès, une « charte de tous les cinémas pour une réduction immédiate de la consommation d’énergie » a été lancée par la Fédération nationale des cinémas français. Elle appelle à diminuer l’éclairage, notamment en éteignant les enseignes des cinémas lorsqu’ils ne sont pas ouverts, à éteindre les salles d’un complexe quand elles ne sont pas occupées par des spectateurs ou bien encore à éteindre les lumières dans les bureaux non occupés.

Le congrès a pris place au Centre International de Deauville.
Le congrès a pris place de lundi à jeudi au Centre International de Deauville. ©Philippe JAUTEE

Cette même charte appelle aussi à baisser le chauffage, entre autres en respectant l’objectif d’un chauffage maximal à 19°, ainsi qu’à réduire la climatisation, à éteindre les machines qui ne servent pas, à adapter les amplitudes d’ouvertures aux pratiques du public, et en nommant un référant énergie dans chaque cinéma.

Hommage à deux réalisateurs

Mercredi soir, le 77e congrès de la Fédération Nationale des Cinémas Français a rendu hommage à Olivier Nakache et Eric Toledano, réalisateurs et scénaristes des films Nos jours heureux, Intouchables, Le Sens de la fête et Hors-normes.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Pays d’Auge dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.