L’Epita ouvre un nouveau cursus pour former des ingénieurs en informatique quantique


L’Epita, école réputée formant en cinq ans des ingénieurs informatiques, annonce ce 24 novembre le lancement d’une nouvelle majeure pour former des spécialistes de la programmation logicielle quantique. Cette spécialisation proposera 700 heures d’enseignement réparties sur 18 mois. L‘école proposait déjà depuis plusieurs années une mineure quantique, dispensant 39 heures de cours et animée Olivier Ezratty.


Des compétences que les ingénieurs actuels n’ont pas


Le nouveau cursus comprendra notamment une expertise en cryptographie post-quantique, permettant aux diplômés d’accompagner les entreprises dans leur transition en matière de cybersécurité. Au programme également, des applications pour les télécoms, la formation aux architectures hybrides “alliant calcul haute performance et ressources quantiques” et aux capteurs quantiques. Les matières enseignées iront de la physique et des mathématiques à l’ingénierie de systèmes, l’énergétique, et l’algorithmie.


“Les technologies quantiques nécessitent une formation spécifique pour développer des compétences que la très grande majorité des ingénieurs sur le marché du travail, aujourd’hui, n’ont pas. Ces compétences exigent un socle solide en computer science, et demandent un investissement d’enseignement substantiel tant sur le plan théorique que pratique”, justifie un communiqué de l’établissement d’enseignement supérieur.


Nouvelles méthodes de travail


Dans un sondage réalisé en 2021 par la plateforme de développement de logiciels quantiques Classiq, la deuxième plus grande préoccupation des 500 managers américains interrogés, familiers des technologies quantiques, était le manque de professionnels disponibles sur le marché, juste après le coût d’adoption de cette technologie.


“La pénurie d’ingénieurs et de scientifiques qualifiés, capables de programmer des ordinateurs quantiques, constitue aujourd’hui l’un des principaux freins à la généralisation de cette technologie. Le codage informatique quantique est plus complexe que le classique. Comme chaque ‘qubit’ peut être un et zéro simultanément – au lieu de l’un ou l’autre – l’écriture du code quantique est plus délicate. Les codeurs doivent comprendre les concepts quantiques tels que les superpositions. Travailler dans ce domaine exige donc de nouvelles façons de considérer les problématiques et nécessite de nouvelles méthodes de travail”, explique Erik Garcell, technical marketing manager chez Classiq.


Grandes entreprises et start-up associées au cursus


L’équipe pédagogique de l’Epita sera composée de professeurs, de chercheurs et de professionnels travaillant dans des grandes entreprises et des start-up, parmi lesquelles Alice&Bob, Atos, C12, le CEA, Quandela, QuantFi, Pasqal, Thales, VeriQloud, AWS, Classiq, IBM, ID Quantique, Microsoft, et Multiverse Computing.


“Le rôle de l’enseignement supérieur dans la préparation des étudiants à une carrière dans l’industrie quantique a été jusqu’à présent dominé par les départements de physique. Cependant, les technologies quantiques, interdisciplinaires par nature, ont atteint un degré de maturité qui appelle de nouvelles voies d’accès”, commente Michel Kurek, CEO de Multiverse France.

Sélectionné pour vous

Numérique de confiance : les premiers pas du nouveau comité stratégique de filière