«Le Vrai Moi» sur Netflix : alors, il vaut quoi ce spectacle surprise de Kev Adams ?

Attention, un spectacle de Kev Adams peut en cacher un autre. Alors qu’il a annoncé partir sur les routes en 2023 avec un show flambant neuf baptisé « Miroir » qui lui vaudra une tournée des Zénith, le jeune trentenaire débarque ce vendredi sur Netflix avec un… autre nouveau spectacle. Son nom : « Le Vrai Moi ». « Deux spectacles inédits bien différents pour le grand bonheur du public, deux fois plus de vannes, promet l’équipe de l’humoriste. Entre Le Vrai Moi et Miroir, rien ne sera pareil. Comme des frères jumeaux qui ne le sont pas. »

Ça démarre dans un drôle de restaurant japonais, ultra-stylisé. On y croise Kev Adams attablé avec son petit frère de 15 ans. « J’ai envie de me représenter aux gens, explique-t-il à son frangin. J’ai commencé ce métier, j’avais 18 ans, j’en ai 30 ans maintenant (…). J’ai envie de répondre aux questions que les gens se posent vraiment. » Lui, l’ex-idole des jeunes devenue un peu has been dans les cours de récréation des collèges et lycées, veut montrer une autre facette de sa personnalité. Un côté plus mûr. Plus adulte. Ce qui, dès le début de la représentation tournée au printemps dernier dans la magnifique enceinte du théâtre à l’italienne de Denain, dans le Nord, l’incite à aborder des thèmes plus crus qu’à l’accoutumée.

Promesse non tenue

Comme cette nuit d’amour avec une femme qui lui demande de la frapper en plein ébat. « Il a changé, Aladin », s’amuse Kev Adams après avoir exhorté les plus jeunes spectateurs de la salle à se boucher les oreilles le temps de quelques blagues olé-olé. Idem plus tard lorsque, sacré tabou, il évoque des difficultés d’érection. Sur ce terrain osé, certaines vannes touchent leur cible. D’autres moins. Mais lui qui a su retrouver le chemin du succès avec une comédie au cinéma sur le troisième âge, « Maison de retraite » avec notamment Gérard Depardieu et Daniel Prévost, a le mérite de tenter de se renouveler, louable attention. Et de s’offrir des interactions souvent savoureuses avec le public.

Problème : la promesse de découvrir le « vrai » Kev Adams n’est pas tenue. Le comique a beau parler de sa vie sexuelle ou de son ressenti devant le flot d’insultes qu’il subit sur Internet, il peine à fendre réellement l’armure. Comment il a été refoulé à son propre spectacle, comment il s’est pris un bide aux Césars… S’il ne s’épargne pas et joue à plein la carte de l’autodérision, l’introspection attendue se transforme en catalogue d’anecdotes. Plus ou moins amusantes.

La note de la rédaction :

« Le Vrai Moi », spectacle de Kev Adams, 1 heure, sur Netflix