Le tressage du vacoa : activité traditionnelle en plein renouveau – Economie

Accueil > Economie

Assises de la Tresse

samedi 24 septembre 2022


Nous assistons depuis quelques années à une montée en puissance des acteurs de la tresse.


L’artisanat du tressage de vacoa a été, dans un lointain passé, un moyen de subsistance pour la population. Cette activité économique faisait vivre des familles entières, et était investie principalement par les femmes restées à la maison. L’équivalent de plus de 2 millions d’euros de commandes était recensé à cette époque.

Plusieurs facteurs ont signé son déclin dans les années 70 :

  • Arrivée du sac en plastique à La Réunion (le fameux sac Tati).
  • Essor de l’artisanat malgache, moins cher et plus compétitif, se substituant sur les marchés aux produits fabriqués localement, et estampillés allègrement « Ile de La Réunion ».
  • Pénibilité du métier, décourageant les jeunes générations.
  • Objets traditionnels n’évoluant pas avec les nouvelles modes, et délaissés par les jeunes, qui n’y voient pas un intérêt professionnel.
  • Manque de rentabilité financière (produits vendus à perte).

Pour autant, nous assistons depuis quelques années à une montée en puissance des acteurs de la tresse :

  • Immatriculation de quelques artisans dans ces métiers (ou métiers connexes)
  • Intérêt de designers pour ces fibres
  • Beaucoup d’associations référencées dans le domaine de la tresse
  • Mise en œuvre de plusieurs chantiers d’insertion (labellisés ou non) dans ces métiers
  • Adhésion des artisans et associations à Arts et Traditions pour la commercialisation des produits

Ces démarches, bien qu’insuffisantes, ont tout de même interpellé les collectivités qui ont ainsi souhaité, non plus faire pour les acteurs, mais avec les acteurs.

Photo Fédération Méti-Tresse.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

x