Le premier long métrage de la Québécoise Charlotte Le Bon, Falcon Lake , nommé aux César

L’actrice et réalisatrice québécoise, qui a surtout fait carrière en France, avait auparavant présenté son film dans plusieurs festivals internationaux, dont à Cannes et au Festival international du film de Toronto.

L’œuvre est inspirée de la bande dessinée Une sœur, de l’auteur français Bastien Vivès. On y aborde les premiers émois adolescents de Bastien (Joseph Engel), 13 ans, qui passe ses vacances au Canada chez une amie de sa mère et qui tente de plaire à la fille de celle-ci, Chloé (jouée par la Québécoise Sara Montpetit), 16 ans.

Le film a été tourné au Québec et met en scène les lacs et les forêts des Laurentides. Outre les deux interprètes principaux, il met également en vedette Monia Chokri et Karine Gonthier-Hyndman.

Les César seront remis lors d’une cérémonie à Paris, à l’Olympia, le 24 février prochain. La comédie policière L’innocent, de Louis Garrel, et le polar La nuit du 12, de Dominik Moll, retraçant l’enquête impossible sur un féminicide, récoltent le plus de nominations.

Avec respectivement 11 et 10 mentions, ces deux longs métrages font la course en tête, devant le film de Cédric Klapisch sur la reconstruction d’une danseuse classique (En corps), et Pacifiction, avec Benoît Magimel, neuf nominations chacun.

Fanny Ardant (Les jeunes amants), Juliette Binoche (Ouistreham), Laure Calamy (À plein temps), Virginie Efira (Revoir Paris) et Adèle Exarchopoulos (Rien à foutre) sont en lice pour le César de la meilleure actrice.

Sont nommés pour le César du meilleur acteur Jean Dujardin (Novembre), Louis Garrel (L’innocent), Vincent Macaigne (Chronique d’une liaison passagère), Denis Ménochet (Peter Von Kant) et Benoît Magimel (Pacifiction).

Les 4705 membres de l’Académie ont désormais un mois pour départager ces films, avant la soirée de remise des prix qui sera présidée par Tahar Rahim, et présentée collégialement avec neuf maîtres et maîtresses de cérémonie, d’Emmanuelle Devos à Eye Haïdara, en passant par Alex Lutz et Ahmed Sylla.