le ministre de la Justice veut rassurer les acteurs avant le procès du 28-Septembre

Publié le :

Le procès du stade du 28-Septembre doit s’ouvrir mercredi 28 septembre 2022. Treize ans, jour pour jour, après cet évènement qui a traumatisé le pays. Le 28 septembre 2008, rassemblés dans le stade de Conakry pour rejeter l’idée d’une candidature de Moussa Dadis Camara, la manifestation organisée par l’opposition et la société civile, était réprimée. Soutenu par la CPI, les autorités de transition veulent que ce procès s’ouvre. Ces derniers jours, le ministre de la Justice a multiplié les rendez-vous.

Depuis une semaine, les entretiens s’enchaînent dans le bureau du garde des Sceaux, Alphonse Charles Wright. Le ministre doit convaincre, rassurer, expliquer que toutes les conditions sont réunies, notamment en termes de sécurité. C’est ce qu’exige le capitaine Moussa Dadis Camara qui a rappelé, via ses avocats, qu’en tant qu’ancien président, le protocole devait être respecté. « C’est un ancien chef d’État. Il ne peut pas se déplacer comme vous et moi. Son statut pénal lui permet de comparaître libre et le gouvernement a déjà pris des dispositions pour assurer sa sécurité, explique Me Pépé Antoine Lama. Si tout va bien, dans les jours à venir, vous entendrez qu’il est à Conakry. »

Maitre Pépé Antoine Lama: «Nous avons discuté des modalités pratiques de l’organisation du procès»

Les familles veulent absolument un procès avec Dadis Camara

À moins d’une semaine de l’ouverture du procès du 28-Septembre, ces exigences de l’ancien dirigeant guinéen agacent les familles des victimes qui n’ont jamais été protégées depuis 13 ans. Asmaou Diallo préside l’association Avipa, qui réunit les victimes, parents et amis du 28-Septembre : « Un procès sans Dadis, ce n’est pas un procès. On a promis que Dadis serait là. Donc, nous espérons que cela n’arrivera pas qu’il soit absent. »

Signe qu’il reste des problèmes à résoudre, le ministre de la Justice souhaite, à nouveau, s’entretenir avec les familles des victimes du 28-Septembre, vendredi 23 septembre.

►À lire aussi : Invité Afrique – Procès du massacre de septembre 2009 en Guinée : « Je souhaite qu’on discerne les victimes des bourreaux », dit Cellou Dalein Diallo

x