Le dollar se ressaisit : “les acteurs du marché voient le verre à moitié plein pour l’économie mondiale”

Le dollar tentait de se ressaisir vendredi après ses pertes causées par plus d’optimisme sur les économies européennes, même si le ralentissement chinois dû au Covid-19 profite à la valeur refuge.

Vers 10H00 GMT (11H00 à Paris), le billet vert prenait 0,17% à 1,0393 dollar pour un euro et 0,31% à 1,2076 dollar pour une livre. “Les restrictions accrues en Chine sont le sujet qui domine“, commente Stephen Innes, analyste chez SPI AM. Six millions de personnes sont confinées à Zengzhou, dans le centre du pays, où se trouve la plus grande usine d’iPhone au monde, et le nombre de cas positifs en Chine a atteint un nouveau record à 33.000.

“Les acteurs du marché voient le verre à moitié plein”

Si le dollar profite dans une certaine mesure de son statut de valeur refuge, la devise cédait depuis le début de la semaine 0,8% face à l’euro et 1,6% face à la livre.

La faiblesse récente du dollar montre que les acteurs du marché voient le verre à moitié plein pour l’économie mondiale, ils ignorent l’incertitude qui plane à moyen terme et se focalisent sur la perspective d’une reprise quand les taux d’intérêts auront atteint leurs sommets“, explique Kim Mundy, analyste chez Commonwealth Bank.

Les données sur l’activité industrielle en zone euro et au Royaume-Uni, qui reste en contraction en novembre mais moins sévère qu’en octobre selon les indices PMI publiés cette semaine, ont renforcé l’optimisme du marché.

“Le risque d’une crise énergétique en Europe n’a pas disparu”

Une récession en Allemagne ou en zone euro reste probable mais il semble moins envisageable qu’elle soit aussi dure qu’attendu il y a quelques mois“, note You-Na Park-Heger, analyste chez Commerzbank.

Mais les analystes invitent à la prudence: “le risque d’une crise de l’énergie en Europe n’a pas disparu“, prévient Mme Park-Heger, tandis que Mme Mundy dit être “sceptique” sur une économie mondiale déjà en train de se reprendre.

Les échanges devraient être limités vendredi avec une séance écourtée aux Etats-Unis par les festivités de Thanksgiving.

La semaine prochaine, les investisseurs attendront les données sur l’inflation en zone euro mercredi et celles sur l’emploi américain vendredi.