Le 31e Festival Biarritz Amérique Latine ouvre ses portes aujourd’hui jusqu’au 2 octobre

Ça tourne…

Côté programmation, le festival présente 10 longs métrages de fiction mais aussi 10 longs métrages documentaires ainsi qu’une section de courts métrages tous genres confondus en compétition. En parallèle, des films hors compétition comme des avant-premières sont projetés. Du côté professionnel, Nadia Solano nous explique que « chaque compétition fait face à un jury de professionnels pour désigner le lauréat. Il y a des rencontres qui ont lieu depuis 2018 qui s’appellent BAL-LAB, c’est un peu un laboratoire où se rencontrent les équipes des films qui ont été sélectionnées au festival avec des producteurs français. Cela permet à des projets en écriture ou en développement de rencontrer un futur partenaire français. »

Toujours dans le cinéma, Nadia aborde le film argentin El Suplente de Diego Lerman. « Nous sommes très fiers de pouvoir présenter en ouverture ce film sur un professeur d’université pour son travail avec un jeune et nous présentons également en clôture le film Argentina 1985 de Santiago Mitre qui a présenté plusieurs films à Cannes. Ainsi, les films d’ouverture et de clôture du festival sont deux très bons rendez-vous du Festival. »

Prix Biarrot 

La nouveauté de cette année est la création du prix Biarrot. Ainsi, 5 habitants de la ville de Biarritz ont été sélectionnés par candidatures pour décerner lors de la soirée de clôture du festival le prix du meilleur film de fiction. Ce prix d’une valeur de 1500 euros est attribué au réalisateur. Outre cette nouveauté, les autres prix sont détaillés dans notre encadré.

Cette année, dans la compétition fiction… Il y a beaucoup de femmes réalisatrices… 

Une particularité notable de cette édition, le Festival fait la part belle aux femmes. Nadia révèle en effet que « cette année dans la compétition fiction il ressort qu’il y a beaucoup de femmes réalisatrices, 6 sur 10 films, tenus par 7 personnages principaux féminins, où l’on retrouve des thèmes très révélateurs des pays latino-américains. On observera aussi beaucoup de jeunes, la jeunesse est très représentée et ensuite dans les documentaires nous avons également 6 réalisatrices. Beaucoup de films argentins sont mis en avant, l’Argentine ayant une grosse production de très grande qualité. »

En marge du cinéma, d’autres thèmes de culture sont présents dans ce Festival. Dans le village qui se situe au Casino municipal se tiennent des stands d’artisanats, mais également des ateliers. Au même endroit se déroulent les rencontres universitaires qui sont gratuites et organisées en partenariat avec l’institut des Hautes études d’Amérique latine. Concernant les rencontres littéraires, Nadia nous rapporte que « nous avons cette année de grands écrivains comme Léonardo Padura, nous faisons aussi un hommage à la grande écrivaine brésilienne Clarice Lispector (1920-1977), une figure majeure de la littérature brésilienne ainsi que Patricia Melo, écrivaine également parmi les meilleures références du genre noir. Toutes ces rencontres littéraires se déroulent au village du Festival et sont gratuites. »

Tous les soirs vous pourrez assister à des animations musicales et des cours de danses qui sont également gratuites. Et n’oublions surtout pas le concert exceptionnel du trio légendaire brésilien Azymuth, fusion de Jazz-Funk et Samba le mercredi 28 septembre à 21 heures, à la Gare du Midi (payant).

Sébastien Soumagnas

Voir le site internet du festival Voir la page Facebook du festival

x