L’avenir du web pourrait être radieux, mais il y a des choses à régler d’abord

L'avenir du web pourrait être radieux, mais il y a des choses à régler d'abord

Depuis ses humbles débuts, internet a fini par devenir une expérience révolutionnant nos façons d’interagir, d’acheter, d’apprendre et de travailler. Internet est devenu un espace numérique où n’importe qui, n’importe où dans le monde, peut recevoir une information sur n’importe quel sujet. Le World Wide Web est désormais une source de possibilités illimitées, nous montrant un avenir radieux de communication mondialisée.

Il y a d’abord eu le web 1.0, puis le web 2.0. Aujourd’hui, nous voyons les débuts du Web3, la nouvelle ère internet qui, selon ses partisans, ne ressemblera à rien de ce que nous avons vu auparavant : libre, décentralisé, et sans les politiques et les programmes financiers des grandes entreprises.

L’idée du Web3 est d’intégrer la technologie de la blockchain, comme les cryptomonnaies et les NFT, dans le tissu de notre monde numérique. Les réalités virtuelle et augmentée entrent également en jeu, notamment avec l’introduction du metaverse. Les partisans du Web3 voient la blockchain comme un moyen fiable et transparent de tracer les données et de faire d’internet un espace plus accessible à tous.

C’est du moins la vision la plus optimiste.

Un internet fragmenté ?

Mais sur internet, tout ce qui a un potentiel positif peut être utilisé à des fins malveillantes. Comme aujourd’hui, la prochaine itération du web pourrait continuer à permettre à des acteurs malveillants de réaliser des escroqueries, du harcèlement, des abus, de la désinformation et des vols d’identité soigneusement élaborés – potentiellement à une échelle toujours plus grande.

Kat Townsend, directrice exécutive des collaborations en matière de données ouvertes à la Web Foundation, affirme que l’un des principaux problèmes auxquels est confronté l’avenir du World Wide Web est l’émergence d’un « splinternet », c’est-à-dire un internet fragmenté composé de plusieurs éléments distincts qui bloquent la libre circulation des informations entre les nations et les utilisateurs.

Sur un internet fragmenté, les pays peuvent décider de ce que les utilisateurs peuvent ou ne peuvent pas faire en ligne. Les gouvernements justifient généralement la fragmentation du web par des préoccupations de sécurité nationale, comme dans le cas de la tentative américaine d’interdire TikTok, propriété de la Chine. Dans de nombreux cas, la fragmentation du web est un moyen pour les gouvernements d’endiguer l’influence d’internet sur le discours politique.

Une menace pour la vie privée et la sécurité

La fragmentation crée des blocages importants à la coopération mondiale et à la libre circulation de l’information. Selon Kat Townsend, il ne suffit pas que les entreprises assument la responsabilité de combattre les problèmes de confidentialité et de fragmentation. Pour réussir, elles doivent faire l’effort de collaborer ensemble.

« L’augmentation de la fragmentation est une véritable menace pour la vie privée et la sécurité en ligne », explique Kat Townsend à ZDNet. « Lorsque des politiques de protection de la vie privée sont rédigées, comment sont-elles mises en œuvre ou appliquées ? Nous aimerions voir plus de cocréation dans ces politiques. Fondamentalement, pour avoir un web sûr, vous avez besoin de politiques qui sont développées avec de multiples partenaires et organisations. »

Les technologies de blockchain et de réalité virtuelle ont également leurs écueils. L’affirmation selon laquelle la blockchain est une solution magique aux problèmes de la Big Tech minimise les aspects négatifs de la technologie, comme le fait que le minage des cryptomonnaies est un fardeau majeur pour l’environnement et qu’elle abrite de faux systèmes d’enrichissement rapide. En l’état actuel des choses, cette technologie ne répond pas à ses attentes.

Les espaces de réalité virtuelle et de réalité augmentée en ligne sont également fragmentés et manquent de dispositions de sécurité appropriées. Meta a investi d’énormes sommes d’argent dans sa technologie du metaverse, mais a été critiqué pour ne pas avoir modéré ses environnements virtuels, laissant ainsi libre cours à des comportements préjudiciables. Si les entreprises de médias sociaux ne parviennent pas à maîtriser les problèmes auxquels sont confrontées leurs plateformes actuelles, que dire de la sûreté et de la sécurité de notre futur internet ?

Réglementer ou laisser faire ?

La Web Foundation espère que les utilisateurs imposeront des normes plus strictes aux grandes entreprises de la tech et que des directives juridiques et communautaires garantiront que les organisations sont tenues responsables de l’utilisation éthique de la réalité virtuelle. Le problème, cependant, est la lutte permanente entre le désir de moins de réglementation gouvernementale et la nécessité de faire confiance aux entreprises pour prendre des décisions dans l’intérêt des utilisateurs.

« Nous sommes ravis que les gens soient curieux de savoir comment rendre le monde meilleur. Mais ce que nous avons vu, c’est que les technologies basées sur la blockchain sont utilisées pour consolider le pouvoir et utilisées pour plus de mal que de bien », dit Kat Townsend.

Kat Townsend fait référence au « Contrat pour le Web » de la Web Foundation comme ligne directrice pour un internet plus sûr. Le contrat, créé par Tim Berners-Lee, le créateur du World Wide Web, décrit les responsabilités des gouvernements, des entreprises et des citoyens dans un effort de collaboration pour créer un internet sûr et accessible. Ce travail consiste notamment à rendre internet accessible et abordable, à développer des technologies qui soutiennent les aspects positifs d’internet, à lutter contre les comportements en ligne nuisibles et à respecter le droit de tous les internautes à la vie privée et au respect.

Peu de gouvernements ont officiellement approuvé le contrat : on ne s’attendait pas à ce que la Russie et la Chine, par exemple, le signent. De même, après que l’ancien président américain Donald Trump a annulé les dispositions de l’ère Obama sur la neutralité du réseau, les Etats-Unis se sont encore éloignés de la vision de Tim Berners-Lee.

Effort collectif

Les entreprises qui ont ouvertement manifesté leur soutien au contrat pour le Web se sont également attiré des critiques. En 2019, après que Facebook a annoncé son soutien, Tim Berners-Lee a critiqué Mark Zuckerberg pour avoir continué à autoriser des publicités politiques ciblées sur sa plateforme avant les élections générales britanniques.

En 2021, la Web Foundation a créé le Tech Policy Design Lab, afin de déterminer dans quelle mesure le contrat tient la route dans le monde en ligne d’aujourd’hui. L’initiative vise à identifier des solutions aux problèmes critiques qui affectent le web, notamment le harcèlement, l’égalité des sexes, l’accès à internet, la modération de contenu, la fragmentation d’internet, la vie privée et l’éthique de l’IA.

Le laboratoire travaille avec des entreprises, des gouvernements, des ONG, des chercheurs et des internautes, afin de créer des politiques technologiques pouvant être adoptées à grande échelle et en mettant au premier plan la « conception centrée sur l’humain ».

Le champ d’influence est quelque peu limité, car l’organisation n’est pas une entité gouvernementale. Les plateformes et les gouvernements qui approuvent le Contrat pour le Web ne sont pas obligés de suivre ses directives, et les internautes ne peuvent pas tout faire pour assurer leur sécurité en ligne. Mais on espère qu’en partageant les leçons et les meilleures pratiques du monde entier, les parties prenantes pourront contribuer à un effort collectif pour rendre internet meilleur, plus sûr et plus équitable pour tous.

« Le web est un bien commun public fondamental. Pour ceux qui y ont accès, c’est l’endroit où nous pouvons nous connecter les uns aux autres », souligne Kat Townsend. « Peu importe où ou qui vous êtes, vous devriez pouvoir vivre une expérience sûre et fiable sur le web. »

Source : ZDNet.com

x