l’acteur mis en examen pour viols et violences sur plusieurs anciennes compagnes

Sofiane Bennacer, vu dans le film «Les Amandiers» de Valeria Bruni-Tedeschi, a été mis en examen en octobre à Mulhouse (Haut-Rhin), pour les viols présumés de deux anciennes compagnes, et des violences sur une troisième. Suite à cette annonce, l’acteur a finalement été retiré de la liste des acteurs émergents des César.

Révélation du dernier film de Valeria Bruni-Tedeschi, «Les Amandiers», sorti en novembre, l’acteur Sofiane Bennacer a été mis en examen en octobre à Mulhouse (Haut-Rhin), pour les viols présumés de deux anciennes compagnes et des violences sur une troisième.

Le jeune homme de 27 ans «conteste tout», a indiqué ce mardi 22 novembre à l’AFP la procureure de la République, Edwige Roux-Morizot. «Il y a eu deux mises en examen pour des faits de viols» sur deux ex-compagnes, ainsi qu’une troisième «mise en examen pour violences sur conjoint», a précisé la procureure de Mulhouse, où l’affaire est instruite.

Dans le cadre d’une quatrième plainte déposée par une autre ex-compagne qui dénonçait des faits de viol, il a été placé sous le statut plus favorable de témoin assisté, a ajouté Edwige Roux-Morizot. L’acteur a été mis sous contrôle judiciaire, a poursuivi la procureure, précisant que son parquet avait initialement requis son placement en détention provisoire.

Valeria Bruni-Tedeschi entendue

Son contrôle judiciaire lui interdit de se rendre à Paris et dans la région parisienne, à Strasbourg ainsi qu’à Mulhouse. Selon la magistrate, il lui est également interdit de rencontrer les plaignantes et les témoins, parmi lesquels l’actrice et réalisatrice Valeria Bruni-Tedeschi, entendue comme témoin dans le dossier et qui, selon Le Parisien, serait la compagne de l’acteur. 

Les faits allégués se seraient produits «entre 2018 et 2019» à Mulhouse, Strasbourg et Paris, et les victimes présumées évoluent «dans le monde du théâtre», selon Edwige Roux-Morizot. Elles «décrivent une liaison sous emprise, au cours de laquelle des relations non consenties auraient eu lieu», affirme le quotidien.

Le Théâtre national de Strasbourg (TNS), où Sofiane Bennacer avait été admis à l’école en 2019, avait saisi le ministère de la Culture des faits «de violences sexistes, sexuelles et de harcèlement dont elle avait été informée», selon le journal, qui rapporte également que la troupe des jeunes élèves du TNS avait été délocalisée en juin dernier, afin que l’acteur, qui se produisait à l’époque à Strasbourg, ne rencontre pas ses anciens camarades de promotion. Le ministère avait ensuite fait un signalement à la justice, a indiqué Mme Roux-Morizot, sans préciser la date.

Malgré les rumeurs persistantes dans le milieu du cinéma qui ont rendu cette sélection houleuse, Sofiane Bennacer faisait partie des seize comédiens (et seize comédiennes) qui avaient été sélectionnés mi-novembre comme «talents émergents» par le Comité Révélations de l’Académie des César. Dans un communiqué transmis ce 23 novembre au soir à France Inter, l’Académie a finalement annoncé avoir pris la décision de le retirer de la liste.

«Le Bureau de l’Académie des César, en accord avec le Comité Révélations, a décidé que les informations publiées par la presse depuis le 22 novembre concernant la mise en examen de l’acteur Sofiane Bennacer et le contrôle judiciaire qui lui est imposé, commandaient, sans préjudice de la présomption d’innocence et par respect pour les victimes présumées, de le retirer de la liste des 32 révélations, proposée à titre indicatif le 16 novembre pour les César 2023», est-il indiqué.

La liste des 31 nommés – et non plus 32 – a été à nouveau diffusée sur les réseaux sociaux.