La technologie du co-fondateur de Neuralink piratera le cerveau sans percer de trous dans la tête

L’objectif de Neuralink est de développer des implants cérébraux qui pourraient, à l’avenir, guérir les maladies du cerveau et même améliorer l’apprentissage de leurs utilisateurs. À ce jour, les avancées de l’entreprise ne sont pas très claires et ses recherches sont quelque peu floues, mais Max Hodak, l’un des fondateurs de l’entreprise avec Elon Musk, a lancé une startup concurrente.

Science Corp, avec son nom créatif, a l’intention de faire quelque chose de similaire à la société de Musk, mais sans avoir à percer la tête de ses utilisateurs. Hodak a quitté Neuralink en mai de l’année dernière et a disparu de la carte, jusqu’à ce qu’il réapparaisse avec sa nouvelle entreprise qui semble être sortie d’un film de science-fiction.

Pour accéder au cerveau, la technologie utilise les nerfs optiques dans un mécanisme basé sur la photonique, qui utilise la lumière et les lasers pour manipuler les sens. Les objectifs de Science Corp sont similaires à ceux de Neuralink et selon son créateur, le modèle ne change que la façon dont l’accès au réseau de neurones se produit.

Lire la suite:

Le projet, bien sûr, est assez coûteux et n’a été possible que grâce à un financement de 160 millions de dollars obtenu par Hodak. L’homme d’affaires estime qu’il sera possible d’utiliser le système pour traiter des patients présentant des difficultés cognitives et même motrices.

La technologie du co fondateur de Neuralink piratera le cerveau sans
Prototype de Science Corp (Image : Divulgation)

« Nous commençons avec des patients malades très handicapés avec des besoins physiques sévères », a-t-il expliqué dans une interview à Bloomberg. Le prototype de la première version de l’équipement existe déjà et s’appelle Science Eye. Il a été utilisé pour traiter la perte de vision chez les lapins et impliquait de placer une fine couche de laser sur la rétine des animaux.

« Mais si nous perfectionnons cette technologie sur cinq ou six générations, nous pourrons remplacer les lunettes (de réalité virtuelle) par un simple petit implant dans l’œil », a ajouté Hodak. Les essais sur l’homme devraient commencer dans les années à venir.

Avez-vous regardé les nouvelles vidéos sur Youtube du look numérique ? Abonnez-vous à la chaîne !

x