La naissance d’un film : cinq minutes pour raconter son idée et conquérir l’auditoire

En décembre, Rachid Djaïdani est allé présenter en Bretagne le scénario de “Dinguerie”, film de boxeurs qui lui tient à cœur et pour lequel il espère obtenir des financements. Il s’est plié à l’exercice de “Raconte-moi” du Groupe Ouest.

Puisque le réel fait sa tête de pioche, va pour le cliché : ce 13 décembre, il pleut dru en Bretagne, avec un vent qui glace eau et os sans discrimination. Pas de quoi doucher l’enthousiasme des curieux du cru, heureusement, venus en nombre — une centaine de spectateurs, dont quarante lycéens, répartis en trois salles — assister à une veillée d’un genre à part : le « Raconte-moi » annuel du Groupe Ouest. Soit le rendez-vous phare de cette résidence d’écriture renommée, au cours duquel les sept auteurs de la fournée 2022 doivent révéler leur projet de long métrage. La règle du jeu ? Résumer l’intégralité de l’histoire dans une vidéo n’excédant pas cinq minutes, puis échanger avec l’assemblée après sa projection.

« C’est une plongée dans l’intimité de films en cours d’écriture, une étape qu’on ne montre jamais au public », prévient Charlotte Le Vallégant, codirectrice du Groupe Ouest, en début de séance. Aucun scénario n’est achevé. Entre avril et décembre, les plumes sélectionnées ont effectué quatre séjours à Plounéour-Brignogan-Plages pour échafauder ou consolider leur intrigue, affiner les personnages et affirmer un point de vue, au sein d’un collectif bienveillant et sous la supervision d’un consultant canadien, Marcel Beaulieu — affectueusement rebaptisé « Tonton Marcel » par Rachid Djaïdani.