La chute de la Maison Blanche (W9) : comment le services secrets ont participé au tournage du film

Premier volet d’une trilogie, La chute de la Maison Blanche est diffusé ce jeudi 26 janvier à 21h05 sur W9. Un film pour lequel le réalisateur Antoine Fuqua a collaboré avec les services secrets.

La suite sous cette publicité

En une vingtaine d’années, Antoine Fuqua s’est bâti une solide réputation de réalisateur en matière de thrillers ou de films d’action souvent musclés. Après deux films passés relativement inaperçus (Un tueur pour cible en 1998 et Piégé en 2000), le réalisateur américain se révèle aux yeux du public dans Training Day en 2001. Ses pairs l’adoubent même (indirectement) puisque Denzel Washington (qu’il a retrouvé sur Equalizer 3) reçoit l’Oscar du meilleur acteur pour sa prestation face à Ethan Hawke, nommé lui aussi dans la catégorie second rôle. Les années 2000 seront ensuite pour lui celles des Larmes du soleil (2003), Le roi Arthur (2004), et Shooter, tireur d’élite (2007). En 2013, il se fait remarquer auprès des fans d’action avec La chute de la Maison Blanche, porté par l’acteur à la mode dans le genre : Gerard Butler, qui aurait pu rater Greenland. Et malgré les explosions et les coups de feu dans tous le sens, Antoine Fuqua s’est attaché à rendre son film le plus crédible possible.

La suite sous cette publicité

Des conseillers de marque

La chute de la Maison Blanche suit Mike Banning, un ancien garde du corps du président des États-Unis. Assistant à une prise d’otage par un commando terroriste dans la résidence présidentielle, il décide d’intervenir. Sans atteindre les classiques d’un genre notamment plébiscité dans les années 80-90, Antoine Fuqua propose un spectacle divertissant. Par souci d’authenticité, il a notamment demandé l’aide d’anciens agents des services secrets. “Nous avons sollicité Joe Bannon, des Services secrets, ainsi que Ricky Bryant Jones et Daryl Connerton, qui ont tous deux travaillé à la Maison Blanche, afin de déterminer les parties du scénario qui fonctionnaient et celles qu’il fallait retravailler”, confie le metteur en scène dans des propos relayés par Allociné.

“C’est ce réalisme et cette efficacité qui m’ont captivé”, souligne Gerard Butler

Ces consultants de luxe ont alors élaboré un plan d’attaque très précis d’une prise d’assaut de la Maison Blanche : “Rien n’est laissé au hasard. C’est tout le génie de ce plan car ce n’est pas juste de l’action”, explique Gerard Butler. Avant de préciser : “Souvenez-vous du 11 Septembre – c’était aussi simple que ça : quelques types qui se trimballaient avec un cutter dans un avion. C’est ce réalisme et cette efficacité qui m’ont captivé”. Lors de sa sortie en salles, La chute de la Maison Blanche récolte 170 millions de dollars au box office mondial. Suffisant pour lancer une trilogie avec La chute de Londres (2016), et La chute du Président (2019).

La suite sous cette publicité