“Je fais des films uniquement pour diriger des acteurs”

Qu’il soit un directeur de colonie de vacances débordé dans « Nos Jours Heureux », le sosie de Polnareff dans « Podium », un collabo dans la France occupée de « Monsieur Batignole », mais surtout Jeff Tuche, le anti-héros de la fameuse saga du même nom, Jean-Paul Rouve a marqué les esprits depuis le début des années 2000 pour ses rôles décalés, drôles et sensibles, souvent dans des comédies françaises à grand succès. Ex membre des Robins des Bois, sa troupe avec Pef, Marina Foïs et d’autres, où il a appris à tout faire, l’acteur est aussi un réalisateur chevronné qui compte quatre films à son actif. Il est en ce moment à l’affiche du théâtre Antoine avec “J’ai pas l’air”, un spectacle sorti tout droit de son imagination et qui repose sur une idée à priori simple : donner à entendre les textes de chansons pour la plupart très populaires, non pas en les chantant, mais en les jouant. Accompagné au piano par Alain Lanty, et mis en scène par Jérémie Lippmann, Jean-Paul Rouve se défait ainsi de la musique pour interpréter ces textes comme un récit. L’occasion rêvée de revenir, en sa présence, sur son parcours et ses imaginaires.

Jouer comme on vit

Enfant, Jean-Paul Rouve s’est pris à rêver d’être acteur devant les films avec Jean Gabin…

J’invite tout le monde à revoir les vieux films avec Jean Gabin. Dans la période avant-guerre, il a une modernité de jeu qui est extraordinaire. On dit toujours que Marlon Brando et James Dean ont révolutionné le jeu, et bien sûr, mais regardez Gabin. Je vous conseille de revoir comment il joue dans “Le jour se lève”, je pense qu’à l’époque, c’était un ovni. Il parle, il est simple, c’est la vie. J’ai grandi avec luiJean-Paul Rouve



58 min

Au Cours Florent, l’acteur a suivi les cours d’Isabelle Nanty qui l’encourageait alors à être sincère plutôt qu’à jouer :

Quelques fois, je compare mon métier à un musicien de jazz. C’est à dire qu’un musicien de jazz, il maîtrise son instrument au point de l’oublier et c’est quand il oublie son instrument qu’il donne. Moi, j’essaye de travailler comme ça. J’essaye d’oublier l’instrument, parce que j’ai des bases et j’ai des références que je ne peux pas mettre de côté, et puis après, c’est l’humain qui va se réveiller et qui va naître” Jean-Paul Rouve

Je me demande de plus en plus ce qui est important. Ce n’est pas mon orgueil ou ma réussite, ce sont les rencontres et l’enrichissement personnel, intellectuel et culturel. Travailler avec des gens, rencontrer des univers comme on visite un pays. Comme un aventurier qui dit qu’il n’est pas allé dans ce pays encore, moi, quand je rencontre un metteur en scène, je vais dans un pays. Et j’ai envie de découvrir le plus de pays possiblesJean-Paul Rouve

“J’ai pas l’air”, la chanson française prise au mot

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.


Je suis un amoureux de la chanson française. Aussi bien des textes connus et reconnus, évidemment Léo Ferré, Brassens et Barbara, que la chanson populaire qui parle du quotidien comme un film de Claude Sautet. Par exemple, je fais un texte de Rivat qui s’appelle « Les Divorcés » de Michel Delpech, c’est vraiment une scène de Claude Sautet. Voilà, ça, ça me plaît. D’aller chez Joe Dassin, d’aller chez Michel Delpech, d’aller même chez Michel Berger, de parler les choses.Jean-Paul Rouve

Quand vous faites une pièce en alexandrins, il faut casser l’alexandrin, casser le verbe pour essayer de le parler. Mais là vous avez une difficulté supplémentaire car vous avez la rythmique de la chanson. Donc ça veut dire que depuis un an à peu près, je n’écoute plus aucune des chansons du spectacleJean-Paul Rouve



58 min

Quand on fait un film, on parle de soi. Tous mes films parlent de moi, avec des artifices, des personnages. Là, j’utilise ces chansons pour parler de moi” Jean-Paul Rouve

Son actualité :

  • Spectacle : “J’ai pas l’air”, écrit et joué par Jean-Paul Rouve, accompagné au piano par Alain Lanty, mise en scène de Jérémie Lippmann. Du 22 septembre au 29 octobre au Théâtre Antoine à Paris.
    Présentation du spectacle sur le site du Théâtre Antoine :« J’ai pas l’air » est né de l’envie profonde de Jean-Paul Rouve de proposer au théâtre une manière inédite de raconter l’histoire d’un homme, son intimité, son chemin de vie. De Balavoine à Barbara, de Souchon à France Gall, en passant par Eddy Mitchell ou Bénabar, « J’ai pas l’air » est un spectacle entre littérature et musique, qui nous invite à plonger au cœur même de la chanson française : dans les mots. Cette chanson française qui tire sa force de l’humanité qu’elle met en partage, instantanément : des souvenirs, des sentiments, des rêves et des regrets, une universalité. « J’ai pas l’air » est un spectacle qui rend hommage à la chanson française, et à ces morceaux qui nous marquent, devenant la bande originale de nos plus grands souvenirs. Ce petit air qui accompagne nos plus forts moments de vie.

Sons diffusés pendant l’émission :

  • Interview de Jean Gabin sur le tournage du film de Marcel Carné, ” La Marie du port”, en 1949.
  • Isabelle Nanty au micro de Perrine Malinge dans l’émission « Des trucs et du trac » sur France Inter, le 24/08/2013.
  • Extraits du sketch “La Tarte à la bière” des Robins des bois.
  • Extrait du spectacle “J’ai pas l’air” de Jean-Paul Rouve.
  • “La visite” de Maxime Le Forestier sur l’album “Né quelque part” (1988)”