Ivan Duque et ses avertissements sur la pension corralito – Partis politiques

L’ex-président Ivan le Duc était présent mardi soir au lancement du livre « Duque, su Présidence » aux éditions Villegas.

Dans son allocution, il a évoqué des questions d’actualité qui ont suscité des débats dans l’opinion publique. Il a notamment évoqué la réforme des retraites que vise le gouvernement du président Gustavo Petro.

(Vous pouvez lire : Iván Duque : ‘Je ne regrette pas du tout l’attitude que nous avons eue envers l’ELN’)

Pour l’ancien président, il est nécessaire d’adapter le système de retraite en Colombie. Par exemple, il a mentionné que Un aspect qui doit être corrigé est que “la plus grande population subventionnée est celle qui a les revenus les plus élevés”.. “On peut corriger que du coup ces subventions sont bien mieux réparties et surtout pour les plus vulnérables”, a-t-elle dit.

Cependant, il a averti qu’une “discussion dangereuse” s’ensuit lorsque “l’idéologie est imposée sur ce qui fonctionne”. % de toutes les personnes qui cotisent au régime de retraite vont toutes à des colpensiones sans avoir la possibilité de choisir », a-t-il assuré.

(Nous proposons : les réformes politiques visent à empêcher les partis de recevoir de l’argent anti-corruption)

Pour l’ancien chef de l’Etat, il n’est pas juste de “forcer” les gens à faire ce changement car, selon lui, l’entreprise deviendra “une sorte de guichet automatique avec l’épargne du travail des gens pour financer la dette nationale”. .

Ivan Duque était accompagné de son épouse Maria Juliana Ruiz.

Photo:

César Melgarejo / EL TIEMPO

“Le moyen le plus simple de migrer 95% des cotisants vers les colpensiones est avec une pension corralito. Et je crois que ce faisant, il doit y avoir un débat intelligent, clair, constructif et précis de toutes les institutions, car ce n’est pas une question de politiciens Petro, Duque, Santos, Uribe, non, c’est une question colombienne », a-t-il déclaré. a dit.

(Vous pouvez en lire plus : Iván Duque sur les hydrocarbures : “Ne tuez pas la poule aux œufs d’or”)

Selon l’ancien président, les retraites “sont des économies durement gagnées, et donc aucun citoyen ne peut être contraint de dépenser son épargne parce qu’il ferme la porte et casse la clé parce que c’est un fonds de pension dans notre pays”.

POLITIQUE