Haute-Garonne : la CGT menace de coupures d’électricité ciblées

l’essentiel
En Haute-Garonne, la CGT menace de coupures d’électricité ciblées à l’encontre de dirigeants d’entreprise. Par ailleurs, l’intersyndicale prépare les prochaines mobilisations.

L’opposition à la réforme des retraites va-t-elle se durcir ? À Toulouse jeudi dernier, l’intersyndicale CGT, FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FSU et Solidaires, a donné le coup d’envoi de la mobilisation avec une manifestation qui a réuni au moins 50 000 personnes, selon le chiffrage de la CGT, ou 36 000 selon la police. Un coup d’envoi réussi car, quel que soit le chiffre retenu, ce cortège se rapproche des plus grands rassemblements qu’a connus la Ville rose.

La prochaine manifestation, ce mardi 31 janvier, se déroulera à partir de 10 heures, au départ de Saint-Cyprien cette fois-ci, en direction des boulevards.

En attendant, en Haute-Garonne, l’intersyndicale appelle les salariés à débrayer une heure ce jeudi 26 janvier ou à participer à des distributions de tracts et des assemblées générales. Le but est toujours d’informer les employés du privé et du public et de les amener à se mobiliser. Un rassemblement est ainsi organisé devant Thalès, boulevard Eisenhower, ce jeudi, à 8 h 30.

Un autre événement se profile pour le 2 février sur le thème des femmes qui vont pâtir plus que les hommes de la réforme.

A lire aussi :
Retraites : la CGT menace de “coupures ciblées” les partisans de la réforme

Les « patrons » visés

Du côté de la CGT, un autre genre d’action se prépare. Une branche du syndicat, la fédération des mines et de l’énergie, a annoncé lundi vouloir faire des coupures d’électricité ciblées à l’encontre des élus de la majorité qui soutiennent la grève, ou des « milliardaires », comme le suggérait dimanche Philippe Martinez, le n° 1 de la CGT.

La menace plane en Haute-Garonne. Car ici, l’Union départementale de la CGT y réfléchit avec l’idée de cibler « les vrais responsables », c’est-à-dire « les dirigeants d’entreprises », notamment ceux qui ont réalisé « des bénéfices exorbitants ».

A lire aussi :
Figeac : suite à la coupure d’électricité volontaire revendiquée par la CGT, quatre plaintes sont déposées

L’opération est délicate car elle est illégale, a averti Olivier Dussopt, le ministre du Travail. Pour l’heure, en Haute-Garonne, Enedis, l’ex-ERDF, qui gère la distribution du courant, n’avait enregistré ce jeudi après-midi aucune coupure. Le directeur territorial, Stéphane Lesénéchal, que nous avons sollicité, indique, sans vouloir faire de procès d’intention, précise-t-il, que pour tout délit, que ce soit d’éventuelles coupures d’électricité comme les dégradations passées des compteurs Linky, une plainte est systématiquement déposée par l’entreprise auprès de la police.