Et si l’impression remplaçait les films transfert dans la métallisation des emballages ?


Qu’on se le dise : l’application d’un film transfert, à chaud ou à froid, pour réaliser des effets métalliques sur un emballage reste encore aujourd’hui le meilleur moyen d’obtention d’un effet « luxueux » de qualité. Il n’empêche que les initiatives abondent ici et là afin de s’en passer. Parce que ces procédés, bien que très efficaces, impliquent l’emploi d’un film transfert en polyester, qui devient ensuite un déchet à éliminer, ou prévoient l’apposition d’un film sur le même emballage, le rendant ensuite difficile à recycler.


Le trio composé du papetier Sappi, du fabricant de pigments métalliques Eckart (Altana) et du spécialiste de la finition GT/Trendhouse 42, propose une alternative avec le projet Metall Ink. « Nous sommes persuadés qu’il est possible de recréer les mêmes effets, voire d’aller au-delà, en combinant le bon papier, les bonnes encres et le bon procédé d’impression », résume Lars Scheidweiler, responsable des solutions d’emballage chez Sappi Europe.

[…]

 Cet article est réservé à nos abonnés Emballages magazine et Usine Nouvelle

Soutenez un journalisme d’expertise.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

VOS INDICES

Sélectionné pour vous

Plastiques recyclés : la Commission met à jour la réglementation
x