Espion : Rencontrez des acteurs qui vont vous faire peur

Rickylee Russell-Waipuka joue dans Beyond The Veil, une nouvelle série d’anthologies d’horreur sur TVNZ.

Plusieurs nouveaux acteurs aux heures de grande écoute effrayeront les téléspectateurs dans la série d’anthologie surnaturelle Beyond The Veil sur TVNZ 2 au cours des six prochaines semaines.

La série présente des histoires des cultures maories, du Pacifique et philippines en Nouvelle-Zélande.

De nombreuses stars de la série croient en d’autres domaines, et dans l’épisode de demain soir, Taumanu, la star Niwa Whatuira, 27 ans, a déclaré que les acteurs et l’équipe avaient des problèmes la nuit alors qu’ils tournaient chez Alberton à Auckland.

“Nous avons eu une expérience intéressante … que vous pouvez qualifier d’invisible”, a déclaré Whatuira à Spy.

Niwa Whatuira dans la série d'anthologies surnaturelles de TVNZ Beyond The Veil.
Niwa Whatuira dans la série d’anthologies surnaturelles de TVNZ Beyond The Veil.

“Taumanu se déroule dans les années 1920 et suit l’histoire d’un majordome maori, Tipene, qui sert une riche famille européenne. Après l’arrivée d’un étrange invité, Tipene se rend compte qu’il est au milieu d’une querelle de sang qui s’étend sur des générations, et il doit décider où se situe l’inimitié.”

Rickylee Russell-Waipuka, 26 ans, a produit et joué dans le même épisode et a déclaré qu’il s’agissait de récupérer la propriété, la famille, le mana et l’identité.

“Je crois que la vision du monde maorie est intrinsèquement liée au surnaturel. Cela peut être très effrayant pour certaines personnes, mais aussi beau.”

Dahnu Graham, qui a joué dans un épisode intitulé Tappy sur un road trip hanté, explique qu’à Ao Māori, le surnaturel n’est pas un concept étranger mais tout aussi réel que vous et moi.

Dahnu Graham dans la série d'anthologies d'horreur Beyond The Veil.
Dahnu Graham dans la série d’anthologies d’horreur Beyond The Veil.

“Le mot surnaturel a un sentiment étrange et effrayant qui lui est attaché alors qu’il ne devrait pas toujours l’être. La meilleure façon de changer cette veine de pensée est de décomposer le mot surnaturel … super naturel.” Et pour les Maoris et toutes les cultures autochtones, c’est très naturel, a déclaré Graham.

Il entend développer le genre à partir de sa propre expérience inédite en pleine brousse dans le Grand Nord.

“L’expérience que j’ai vécue là-bas, je voulais l’écrire un jour et j’espère qu’elle sera portée à l’écran.”