Environnement, social, gouvernance : les entreprises du CAC 40 font des efforts de transparence

Du mieux, mais encore une grosse marge de progression : les entreprises du CAC 40 sont un peu plus transparentes sur leurs politiques environnementales, sociales et de gouvernance, selon un rapport du Forum pour l’investissement responsable (FIR) dévoilé mercredi.

La note des entreprises, basée sur le degré de précision de leurs réponses à dix questions, est montée de 1,04/3 en 2020, première édition du rapport à 1,33/3 en 2022. Les réponses des entreprises, qui s’étalaient sur un peu plus de 100 pages au début, ont quadruplé en longueur et ont été passées au tamis par les analystes de la place de Paris membres de l’association. Orange et TotalEnergies ont obtenu la meilleure note (2,10/3), suivi par Michelin (2/3). Neuf entreprises ont eu moins de 1/3, dont les pires notes pour Airbus, STMicroelectronics, Teleperformance. Eurofins Scientific n’a pas répondu. Le rapport met en lumière la publication des informations aux investisseurs et “non pas l’évaluation de ce que les entreprises font”, a précisé Nathalie Lhayani, présidente du FIR lors d’une conférence de presse en ligne.

Les questions, qui portent sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), sont modifiées à la marge d’une année sur l’autre, mais les attentes des investisseurs sont parfois plus élevées entre deux rapports. Les critères de rémunération extra-financiers, l’alignement des revenus et des investissements sur l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement climatique ont été les deux questions avec les réponses les plus détaillées. A l’inverse, la question portant sur le salaire décent et surtout celle portant sur la fiscalité ont été celles les plus éludées – seul TotalEnergies ayant eu la note maximale sur la dernière interrogation. Le FIR a noté les progressions des réponses de L’Oréal, Renault et Veolia, alors que Crédit Agricole, Stellantis ou encore Saint-Gobain ont vu leur note baisser entre 2020 et 2022.