EN DIRECT – Réforme des retraites: l’intersyndicale appelle à “multiplier les actions d’ici le 31 janvier”

Electricité: la CGT anticipe des coupures

Pour la CGT, la grève dans les centrales nucléaires et hydrauliques pourrait déboucher sur des baisses de production jeudi et vendredi alors qu’un appel à la grève dans le secteur a été lancé sur ces deux journées, a indiqué Fabrice Coudour, secrétaire national à la FNME-CGT.

Des coupures sont également envisagées.

“Je ne peux pas vous dire qu’il n’y aura pas des coupures très ciblées, je ne pense pas mais je ne peux pas être affirmatif”, a-t-il poursuivi.

Par contre, dans le domaine de la maintenance des centrales nucléaires, “rien n’est acté” indique la CGT.

La RATP rejoint la grève du 31 janvier

Dans un communiqué, les organisations syndicales de la RATP (CGT, FO, UNSA et CFE-CGC) indiquent qu’elles participeront à la grève et à la manifestation du mardi 31 janvier.

“Nous affirmons notre détermination à construire un mouvement d’ampleur avec l’ensemble des travailleurs et des travailleuses du pays. A cet égard, nous appelons tous les agents de l’entreprise à exprimer leur refus de cette contre-réforme des retraites” peut-on lire.

Le risque d’une grève reconductible est palpable puisque les organisations syndicales “sont convenues de se revoir à partir du 1er février pour convenir des suites à donner”.

A lire notre article: Ecoles, transports, raffineries: qui fera grève le 31 janvier prochain?

Plus d’informations ici.

Laurent Berger: “réussir la mobilisation du 31 janvier”

Pour Laurent Berger, Secrétaire général de la CFDT, “le durcissement à tout crin, c’est perdre une partie de l’opinion. On veut durcir sur nos propositions, en montrant que c’est largement suivi par les salariés”.

“Donc l’enjeu, c’est réussir le 31 janvier” poursuit-il malgré les actions en parallèle de certains secteurs (transports ou énergie).

D’ailleurs, Laurent Berger n’est pas partisan des grèves reconductibles soutenues par la CGT ou Sud-Rail.

“On n’est pas toujours d’accord avec la CGT, on n’a pas toujours les mêmes modalités d’action, pour autant on est uni pour dire qu’on ne veut pas des 64 ans”.

L’intersyndicale appelle la population à “multiplier les actions d’ici le 31 janvier”

“Nous appelons toute la population à se mobiliser encore plus massivement le 31 janvier pour dire non à cette réforme” affirme Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT.

“Nous sommes aujourd’hui présents, responsables de nos organisations, pour réaffirmer collectivement notre opposition au projet de réforme qui va à l’encontre des intérêts des travailleuses et des travailleurs en décalant l’âge légal de départ en retraite à 64 ans et en accélérant l’allongement de la durée de cotisation”, a-t-il lu.

Et d’appeller à “multiplier les actions d’ici le 31 janvier” notamment dans les entreprises privées.

L’intersyndicale reste unie contre le projet

Devant l’Assemblée nationale ce mercredi, l’intersyndicale qui est invitée par la Commission des affaires sociales, réaffirme “collectivement” son opposition au projet de réforme.

“Notre système de répartition n’est pas en danger” répète Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT. Et de regretter que le gouvernement n’ait pas étudié leurs propositions alternatives.

Impact de la réforme des retraites sur les femmes: Olivier Dussopt assure vouloir les défendre “contre une vie d’inégalités”

Olivier Dussopt est revenu sur les conséquences du recul de l’âge de départ à la retraite à 64 ans pour les femmes.

“La réforme que nous menons porte des protections pour les femmes. Vous avez du mal à l’entendre”, a répondu le ministre du Travail, interpellée par la sénatrice socialise Laurence Rossignol.

“Les retraites sont le réceptacle d’une vie d’inégalités. Faisons-en sorte ensemble la réforme”, a encore assuré Olivier Dussopt.

On vous résume ici l’impact de cette réforme sur les femmes.

La réforme est une “arnaque” selon Sud-Rail

Sur BFMTV, Eric Meyer, Secrétaire général Sud-Rail conteste l’intégralité des arguments mis en avant par le gouvernement pour justifier la réforme des retraites.

“Votre raisonnement est une arnaque” lance-t-il. “Qu’on prenne les rapports, les analyses, ce que pose le gouvernement est une arnaque”.

L’ancienne ministre des droits des femmes appelle Élisabeth Borne “à mettre fin à l’injustice” des petites pensions

Laurence Rossignol, ex ministre des Droits des femmes de François Hollande, a interpellé Olivier Dussopt sur l’impact de la réforme des retraites sur les carrières des femmes.

“Les conditions d’accès (à la pension minimum à 1200 euros) sont si drastriques que les femmes ne pourront pas en bénéficier. Elles ont une carrière très hachée”, a jugé la sénatrice socialiste pendant les questions d’actualité au gouvernement ce mercredi après-midi.

“Madame la Première ministre, vous êtes la femme qui peut faire un bel effort pour éviter cette injustice”, a encore lancé Laurence Rossignol.

Raffineries: deux jours de grève “ça ne suffira pas” estime la CGT

Sur BFMTV, Julien Granato, représentant de la CGT Total La Mède prévient.

“Le 19 et le 31 ne suffiront pas à combattre cette réforme. Pour la combattre, il faut bien construire quelque chose à la hauteur de l’attaque qui est portée”.

Le syndicaliste constate “une montée en puissance” dans les autres secteurs “pour rassembler et être à la hauteur des enjeux”.

Raffineries: pas de risque de pénurie d’essence pour le moment

La CGT Pétrole a appelé à une grève de 48 heures jeudi et vendredi afin de protester contre le projet de réforme des retraites. Un nouvel appel à la grève de 72h a été lancé pour le 6 février, date à laquelle le mouvement pourra ensuite être reconductible.

TotalEnergies a déclaré qu’il n’y avait pas de manque de carburants dans ses stations et que ses équipes étaient mobilisées pour faire face à une demande qui pourrait être plus soutenue que d’habitude.

Les stocks en dépôts et en stations-service sont à un niveau satisfaisant, a ajouté le groupe pétrolier.

SNCF: le risque de la grève reconductible

Réunis le 20 janvier dernier, les syndicats de la SNCF ont fait savoir qu’ils s’inscriraient “dans les dates confédérales avec l’ensemble des salariés”.

Des grèves pourraient d’ailleurs avoir lieu plus tôt encore dans le rail puisque la CGT-Cheminots a déposé un préavis “allant du mercredi 25 janvier 2023 19h00 au jeudi 2 février 2023 à 8h00”.

Dans un communiqué commun, la CGT-Cheminots et SUD Rail ont évoqué deux pistes pour l’après-31 janvier à savoir deux jours consécutifs de grève les 7 et 8 février ou une grève reconductible dès la mi-février.