Elizabeth Olsen défend les films Marvel au prix de iceux qui les critiquent

Extrait le 4 mai 2022, Doctor Strange in the Multiverse of Madness est l’chance revers son casting de prohiber le introspection du meublé Marvel, qui nonobstant un satisfaction radical au palmarès omniscient, a pu quelquefois frictionner des cruciaux revers le moins acerbes. 

Elizabeth Olsen défend son crew 

Depuis sa fécondation en 2008, le Marvel Cinematic Universe a habituel de formidablement luxuriant prospérité en salles, singulièrement AvengersIron Man 3Avengers : L’Ère d’UltronAvengers : Infinity WarAvengers : Endgame, et puis quelquefois Spider-Man : No Way Logement. Donc que Doctor Strange in the Multiverse of Madness hardi raide de examiner un prospérité congénère à ses illustres ainés, une tourment continue de attribuer le découvert : est-ce que le MCU est du cinémascope ? 

Nourrisson annotation des faits. Donc qu’une concurrence du découvert plainte au meublé Marvel de descendre des films calibrés et rien âme esthétique, de grands réalisateurs, équivalents que Martin Scorsese (Les AffranchisCasino), Francis Ford Coppola (Le CommanditaireCatastrophe Now), Ridley Scott (AlienBlade Runner) ou principalement Denis Villeneuve (IncendiesLimon) ont eu des projet acerbes sur ces longs-métrages, fermentant à quelque coup une élévation de boucliers à la coup dans les fans et au gorge des équipes des films concernés. 

Chez une conversation neuve ajustée à The Independant, l’starlette Elizabeth Olsen, que l’on a retrouvée revers la septième coup comme le MCU (en en espèces la querelle post-générique de Captain America : Le Cupidon de l’Hibernation), s’est rédigée sur ce qu’miss pense de ces cruciaux. Sézig explique : 

Related Article:  Le drame musical #Homecoming met en vedette les acteurs de Four More Shots Sayani Gupta, Hussain Dalal, Plabita Bort

Je ne dis pas qu’on récit du cinémascope majestueux, exclusivement je pense que ceci diminue le boulot de nos équipes, et ça me sale. Ils font concurrence des meilleurs décorateurs, costumiers, caméramans en compagnie de qui j’aie travaillés. Je pense que les baisser en compagnie de ce espèce de cruciaux, c’est baisser toutes les individus qui travaillent à la coup sur des films primés et sur ces projets. Je pense que flanquer Marvel en deçà le bus, c’est réprouver des centaines de individus formidablement talentueuses, et ça m’énerve un peu. 

Des projet excessivement clairs, que l’on pourrait simplifier en objet pour : en critiquant la vertu des films Marvel, on dénigrement en authenticité le boulot de centaines de individus formidablement talentueuses amusant sur à elles films. Si la discussion d’Elizabeth Olsen a le grandeur d’caractère exactement ruisselant, simplement on peut se inviter si miss convaincra effectivement les auteurs de ces cruciaux.

En séquelle, un Martin Scorsese ou un Francis Ford Coppola pourraient lui exposer l’préfiguration que congrûment, ces individus formidablement talentueuses voient à eux aisance gâché à approfondir sur des produits cinématographiques et non des films de cinémascope. Alias dit, il y a peu de circonstance que les projet d’Elizabeth Olsen mette fin à ce séance agité, qui nonobstant réunion, placé une excellente tourment de philo de l’art : qu’est-ce que le cinémascope ? 

Pardon qu’il en O.K., n’hésitez pas à déshabiller à nous dénigrement de Doctor Strange in the Multiverse of Madness.

Related Article:  La série à la True Lies de Netflix avec Arnold Schwarzenegger agrandit son casting
x