E-sport : vision, surpoids, isolement…

Tendinite, insomnies, surpoids

Résultat, le sport virtuel doit inciter les gamers à veiller sur plusieurs points :

Leur santé physique : les joueurs sont plus exposés aux douleurs « de la nuque, aux lombalgies, aux radiculopathies», en lien avec la position assise prolongée. Mais aussi à « des tendinopathies de l’épaule, du coude ou du poignet, syndrome du canal carpien, tendinite du gamer », du fait de la répétition des gestes ;Leur santé visuelle sachant que les gamers rapportent davantage « de fatigue visuelle, de sécheresse oculaire, de diminution de la capacité d’accommodation, de céphalées, d’insomnies» ;Leurs kilos en trop avec un sur-risque « de surpoids, d’obésité et de malnutrition avéré». Sans oublier les effets d’une consommation importante de café ou de boissons énergisantes pour tenir le coup, dont les excès peuvent engendrer « des troubles du rythme cardiaque » ;Leur santé psychologique étant donné le degré d’isolement auquel peut contraindre cette pratique du sport en ligne ;Leur tendance au vertige et à la nausée, voire au syndrome du cybersickness similaire au mal des transports, survenant régulièrement chez les adaptes de la réalité virtuelle ;

Selon les scientifiques, les e-gamers devraient bénéficier d’un examen médical permettant « d’évaluer tous ces points, cardiologiques, neurologiques, nutritionnels, ophtalmologiques et psychologiques ». Il pourrait aussi « leur être conseillé d’appliquer la règle du 20/20/20 : arrêter de jouer pendant 20 secondes toutes les 20 minutes pour regarder quelque chose situé à 20 pieds, c’est-à-dire 6 m », pour au minimum ouvrir leur champ de vision. Et « la pratique régulière d’une activité physique en complément du jeu sur écran » devrait être indiquée.

Des points positifs de la pratique du e-sport ?

A noter qu’il existe aussi beaucoup de bénéfices au e-sport, et plus généralement à la pratique de jeu sur écran, tant qu’elle reste modérée bien sûr. Ainsi, le chercheur Yann Leroux, docteur en psychologie et auteur du blog Psy et Geek, publiait sur son mur Linkedin, un post titré : intelligence gamers. Selon ce contenu, « l’intelligence spatiale, la mémoire de travail, la vitesse de traitement des tâches, l’intelligence cristallisée* et l’intelligence fluide** » des joueurs réguliers se trouvent améliorées.

*capacité à mobiliser ses connaissances

**capacité à analyser les éléments d’un problème et à les connecter entre eux

Avec le printemps revient la saison des allergies…